Cet article date de plus de deux ans.

Piétons traînés par une voiture en Seine-Saint-Denis : "Ils méritent de payer, c'est un crime", réclame une des victimes

Deux hommes sont en garde à vue ce mardi, après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant des piétons traînés par une voiture à Noisy-le-Sec quelques jours plus tôt. 

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis.  (CAPTURE D'ECRAN GOOGLE MAPS)

"J'ai eu peur. Ils méritent de payer, c'est un crime", témoigne mardi 11 janvier auprès de franceinfo Ali, l'une des victimes qui a porté plainte après avoir été traînée sur plusieurs mètres par des hommes dans une voiture samedi 8 janvier à Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis. Il dit aussi avoir fait l'objet de pressions pour retirer sa plainte.

Samedi 8 janvier dans la soirée, Ali explique avoir rencontré "quatre hommes dans une voiture. Il y en a un, le conducteur, qui m'a demandé une cigarette. J'ai voulu lui donner, il m'a saisi la main, il ne m'a pas lâché, je n'ai pas pu desserrer son étreinte et il m'a dit '''Tu vas courir maintenant''. Il a accéléré sur 100 mètres, j'ai couru. Après il m'a lâché, je suis tombé face contre terre", raconte l'homme de 67 ans. Les faits correspondent à ce que montre une vidéo, largement diffusée sur les réseaux sociaux. Le sexagénaire affirme également connaître de vue le conducteur du véhicule, qu'il avait déjà croisé dans un bar où il se rend régulièrement.

45 jours d'ITT

"J'ai eu deux fractures, le pied et l'épaule, et des ecchymoses un peu partout", poursuit Ali, affirmant que le médecin légiste lui a prescrit 45 jours d'ITT (incapacité totale de travail) ce mardi 11 janvier. Le parquet de Bobigny avait en effet indiqué, dans un communiqué publié plus tôt dans la journée, que la victime devait rencontrer un médecin.

L'habitant de Noisy-le-Sec affirme par ailleurs avoir fait l'objet de pressions pour retirer sa plainte ce lundi 10 janvier. "Au marché, vers midi, un jeune homme qui me connaissait est venu. Il m'a dit ''Ça va?'', puis ''Si tu retires ta plainte, le gars il te donne 1 000 euros ce soir''. Je lui ai répondu que je ne retirerai pas ma plainte", affirme Ali. 

D'autres suspects recherchés 

Dans cette affaire, deux victimes ont déposé plainte : Ali et une femme, qui n'apparait pas sur la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux mais qui dit avoir subi les mêmes faits le lendemain, dimanche 9 janvier dans la soirée. Une autre victime reste non-identifiée, selon le parquet de Bobigny.

Deux hommes sont en garde à vue, l'un depuis l'après-midi du lundi 10 janvier, l'autre depuis la matinée de ce mardi 11 janvier. Les deux suspects sont connus de la justice, selon une source proche de l'enquête de franceinfo, le deuxième étant connu pour des faits de violences. Une enquête est ouverte, et la justice recherche les autres passagers éventuels de la voiture. Le conducteur du véhicule est connu de la justice, a affirmé une source proche de l'enquête à franceinfo.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.