Cet article date de plus de deux ans.

Piétons traînés en voiture en Seine-Saint-Denis : un deuxième homme en garde à vue, un troisième suspect recherché

Un homme se déclarant être l'auteur de la vidéo s'est rendu de lui-même au commissariat.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le commissariat de police de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). (GOOGLE STREET VIEW)

Un deuxième homme a été placé en garde à vue, deux jours après la diffusion d'une vidéo montrant les passagers d'une voiture traîner des piétons sur plusieurs mètres pour les forcer à courir dimanche soir à Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis, a appris franceinfo mardi 11 janvier de source policière. Le parquet de Bobigny a confirmé cette information mardi à la mi-journée dans un communiqué. Les faits remontent à samedi et dimanche soir, selon les premiers éléments de l'enquête.

Le suspect s'est rendu de lui-même au commissariat de la ville mardi à l'aube (vers 5h15) et déclare être l'auteur de la vidéo. Il dit aussi l'avoir publiée sur les réseaux sociaux. Lundi après-midi, un premier homme a été placé en garde-à-vue dans cette affaire. Il avait rapidement été identifié par les policiers locaux grâce à la vidéo, qui lui ont donné rendez-vous lundi en fin d'après-midi sur un parking et l'ont interpellé, précise le parquet. Un troisième suspect est toujours recherché.

Deux plaintes déposées

Lundi, une première plainte avait été déposée par un homme de 64 ans qui "expliquait que, dans la soirée du 8 au 9 janvier 2022 [soit samedi soir], les auteurs lui avaient demandé une cigarette. Au moment où il tendait au conducteur, ce dernier l'attrapait par le bras, le retenait de force, et démarrait en accélérant, ce que démontrait la vidéo diffusée". Cet homme a fini par chuter et souffre d'une "fracture à l'épaule et du pied et doit faire l'objet d'un examen médical devant les unités médico-judiciaires [ce mardi] pour déterminer l'incapacité totale de travail", précise le parquet. Le procureur de la République de Bobigny Éric Mathais confirme également qu'une deuxième victime a déposé plainte. Il s'agit d'"une jeune femme qui n'apparaissait pas sur la séquence diffusée". Elle s'est présentée "dans la nuit du 10 au 11 janvier 2022 pour déposer plainte de faits similaires qu'elle disait avoir subis le 9 janvier", dimanche soir, indique le procureur dans un communiqué. Le procureur de la République ajoute qu'une autre victime apparaissant dans la vidéo, reste à ce jour non-identifiée.

Une enquête a été ouverte après le signalement de cette vidéo, intitulée "fou rire de la soirée", sur la plateforme Pharos. Elle montre des passagers d'une voiture, hilares, tenir les bras de deux piétons par la fenêtre de leur véhicule en marche pour les forcer à courir, avant de les lâcher et de les faire tomber sur la chaussée. "Les investigations se poursuivent pour identifier l'ensemble des passagers du véhicule, exploiter le téléphone portable avec lequel la vidéo a été réalisée et retrouver d'autres victimes éventuelles", conclut le procureur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.