Cet article date de plus de quatre ans.

Paris : des bouteilles d'essence et "un dispositif d'allumage rudimentaire" découverts sous des camions Lafarge

Le parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance du chef de tentative de destruction par incendie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un camion de la société Lafarge, dans son centre de distribution, à Paris, le 6 janvier 2010. (Photo d'illustration)  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Des bouteilles d'essence accompagnées de boîtes d'allumettes ont été découvertes sous plusieurs camions de la société Lafarge, près de la porte de Pantin, dans le 19e arrondissement de Paris, dans la matinée du jeudi 5 octobre, selon des sources proches de l'enquête citées par l'AFP. Il est trop tôt pour savoir si le dispositif était fonctionnel, selon les informations de franceinfo. Le parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance du chef de tentative de destruction par incendie, confiée au deuxième district de la police judiciaire (2e DPJ) de Paris.

"Cinq bouteilles, sous deux ou trois camions"

A 6 heures du matin jeudi, les ouvriers du cimentier Lafarge prenaient leur poste sur le site de la porte de Pantin, dans le 19e arrondissement de la capitale. La dizaine de camions étaient alors "garés comme d'habitude", a témoigné auprès de l'AFP Bruno, un grutier de 49 ans prestataire de service pour Lafarge. Mais sous plusieurs d'entre eux, les ouvriers découvrent des bouteilles de carburants. Des allumettes étaient également collées sur les bouteilles, précise une source policière. Après avoir pris en photo les bidons qu'il trouve "étranges", Idriss, un des chauffeurs de poids lourds a prévenu, avec un collègue, "les centraliers". Au total, il y avait "sous deux ou trois camions, cinq bouteilles avec du liquide inflammable, des allumettes dessus déjà entamées. Automatiquement la centrale a appelé la police".

"Le système d'allumage découvert sous les camions, rudimentaire, n'a a priori rien à voir avec celui découvert sur les bonbonnes de gaz dans le 16e arrondissement", a ajouté une source proche de l'enquête citée par l'AFP, faisant référence au dispositif de mise à feu et aux bonbonnes découverts à Paris dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 septembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Paris

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.