Immeubles effondrés à Lille : plusieurs bâtiments évacués dans le centre-ville après des expertises

Des fissures ont été détectées dans trois bâtiments de la rue de la Monnaie. Un habitant assure avoir porté plainte dès septembre 2020. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les immeubles effondrés rue Pierre Mauroy, à Lille, en novembre 2022. (ODILE SENELLART / FRANCE-BLEU NORD)

Après l'effondrement de deux immeubles rue Pierre Mauroy, en plein coeur de Lille le 12 novembre dernier, qui avait entraîné la mort d'un médecin, la mairie a fait expertiser plusieurs bâtiments du centre-ville et ordonné l'évacuation de trois d'entre eux, rapporte France Bleu Nord. Entre jeudi 24 novembre et vendredi 25 novembre, trois immeubles ont été évacués rue de la Monnaie, aux numéros 44, 46 et 48. Commerçants et habitants ont dû quitter les lieux.

>> Immeubles effondrés à Lille : "On entendait les gravats tomber, l'immeuble avait bougé", raconte le jeune homme qui a donné l'alerte

Les résultats des expertises menées par le service communal d'hygiène et de sécurité ont révélé des fissures dans les trois bâtiments. L'alerte a été donnée par le syndic de copropriété qui a décidé de prévenir la ville sur ce dossier. La mairie a ensuite entamé la mise en demeure des propriétaires et saisi le tribunal administratif. La mairie a également organisé une réunion avec les commerçants concernés pour évoquer des indemnisations.

Selon la mairie, les premiers signalements remontent à l'automne 2021 pour le numéro 48 de la rue de la Monnaie, mais un ancien locataire affirme avoir déposé une plainte en septembre 2020. "Un jour, le plafond de l'entrée m'est tombé sur la tête", a-t-il raconté à France Bleu Nord. "J'ai passé un an les fenêtres ouvertes. Je n'arrivais pas à les fermer car le bâtiment bougeait." Il a ensuite déménagé, parce qu'il "craignait pour [sa] vie". À l'époque, les propriétaires n'avaient pas engagé de travaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Lille

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.