Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Démantèlement de la "jungle" de Calais : ces migrants qui ne veulent pas partir

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Ces migrants de la "jungle" qui ne veulent pas partir
MARIANNE MAS et PATRICK WURSTHORN - FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Malgré le démentèlement du campement, certains migrants refusent de quitter la "jungle". Leur objectif est de gagner le Royaume-Uni.

Beaucoup de tentes et d'abris se sont vidés, mais certains migrants se refusent à partir. L'évacuation de la "jungle" de Calais se poursuit dans le calme, mardi 25 octobre, après l'évacuation la veille de plus d'un tiers des quelque 6 000 migrants présents sur les lieux. Pour éviter les tensions, la destruction des abris de fortune par des bulldozers attendra, précise le ministère de l'Intérieur, le déblaiement devant dans un premier temps s'effectuer à pied.

Najibullah, un Afghan de 23 ans, fait partie de ceux qui refusent de quitter le campement de fortune. Comme beaucoup, il souhaite gagner le Royaume-Uni. "Ma famille est Angleterre", justifie-t-il au micro de France 2. Des maraudes pour convaincre les réticents sont organisées par les services sociaux.

Lundi, 2 318 migrants ont été "mis à l'abri", selon le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, dont 1 918 majeurs qui ont rejoint 80 centres d'accueil et d'orientation (CAO) situés dans onze régions françaises.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants à Calais

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.