VIDEO. Calais : une dernière nuit sous tension avant le démantèlement de la "jungle"

Des migrants ont mis le feu à des toilettes portables et à des cabanons de fortunes pour protester contre l'évacuation des milliers de migrants.

France 2

La "jungle" de Calais, le plus grand bidonville de France, a vécu ses dernières heures avant le début, lundi 24 octobre, de son évacuation. Un processus qui a démarré dès dimanche après-midi avec l'intensification des tournées d'information des migrants, pour les convaincre de partir.

>> Suivez l'évacuation de la "jungle" de Calais en direct

Dans la nuit de dimanche à lundi, des heurts sporadiques se sont produits aux abords de la "jungle". Un groupe de migrants a mis le feu à des toilettes portables pour protester contre le démantèlement et des cabanes de fortunes ont également été incendiées. Quelque 120 grenades lacrymogènes ont été tirées, selon une source policière.

Lundi, vers 6 heures, des migrants sont arrivés au point de rassemblement fixé par les autorités pour l'évacuation. Ces femmes et ces hommes se sont présentés avec valises et baluchons devant le hangar servant de quartier général à l'opération, qui doit voir de 6 000 à 8 000 migrants être acheminés par car dans des centres d'accueil spécifiques. L'opération est prévue pour durer trois jours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des migrants provoquent un incendie pour dénoncer le démantèlement de la \"jungle\" de Calais (Pas-de-Calais), le 23 octobre 2016. 
Des migrants provoquent un incendie pour dénoncer le démantèlement de la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais), le 23 octobre 2016.  (CLAIRE THOMAS / ANADOLU AGENCY / AFP)