Cet article date de plus de quatre ans.

Calais : quatre bus interdits de rejoindre la manifestation de soutien aux migrants

Des passagers ont été bloqués alors qu'ils se déplaçaient en bus pour rejoindre la Jungle de Calais. Certains parlent d'une "entrave à la liberté de circulation", alors qu'ils venaient donner un coup de main.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants s'opposent aux forces de l'ordre, venues par crainte de trouble à l'ordre public et d'affrontements avec des militants d'extrême droite. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Quatre bus partis de Paris ont été bloqués samedi 1er octobre à Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais, pour empêcher les passagers de rejoindre la Jungle de Calais. Les 180 personnes souhaitaient participer à un rassemblement de soutien aux migrants.

Certaines passagers dans les bus affirment qu'ils ne comptaient pas aller manifester. "On a des bus qui sont loués, on a sorti des fonds pour se déplacer à Calais. On va dans la Jungle pour donner un coup de main et rencontrer les personnes sur place", réagit sur franceinfo, Romane, une passagère d'un des bus.

"Il y a une entrave à la liberté de circulation qui est manifeste et grave, assortie de menaces légères. C'est inquiétant" ajoute-t-elle.

Les forces de l'ordre appelées sur place

A Calais, des centaines de manifestants ont été bloqués par les forces de l'ordre samedi après-midi. La manifestation, qui devait se tenir à l'appel d'une trentaine d'associations, a été interdite par la préfecture du Pas-de-Calais, par crainte de trouble à l'ordre public et d'affrontements avec des militants d'extrême droite.

"Il y a une entrave à la liberté de circulation" (Romane, une passagère)
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants à Calais

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.