Mine d'or en Guyane : WWF France dénonce un "désastre écologique" et un "mirage économique"

A Saint-Laurent-du-Maroni, en Guyane, se tient mardi la première consultation sur le projet de mine d'or géante "Montagne d'Or". Pascal Canfin, directeur général du WWF France, rappelle les risques environnementaux et le risque de gaspiller inutilement l'argent public.

Vue aérienne de la piste d’atterrissage Paul Isnard près du camp de base de la \"Montagne d’or\".
Vue aérienne de la piste d’atterrissage Paul Isnard près du camp de base de la "Montagne d’or". (JODY AMIET / AFP)

La première réunion publique sur le projet Montagne d'Or se tient ce mardi à Saint-Laurent-du-Maroni, en Guyane, pour informer la population sur cette mine géante qui doit permettre d'extraire 85 tonnes d'or. "Au-delà du désastre écologique, ce projet est un mirage économique", a réagi sur franceinfo Pascal Canfin, directeur général du WWF France. Il estime que 420 millions d'euros de subventions publiques seront dépensés pour ce projet, pour créer 750 emplois directs. "Avec cet argent-là, on peut en créer beaucoup, beaucoup plus, dans d'autres secteurs, sans détruire le capital naturel exceptionnel de la Guyane", estime Pascal Canfin.

franceinfo. Quels sont les risques environnementaux ?

Pascal Canfin. Les risques environnementaux en pleine forêt amazonienne sont assez majeurs. Mais je voudrais ne pas me laisser enfermer dans un débat qui consisterait à opposer ceux qui défendent l'environnement qui seraient accusés de vouloir mettre la Guyane sous cloche, et de l'autre ceux qui voudraient créer des emplois. Au WWF, on est la seule grande ONG internationale à avoir des salariés et un bureau à Cayenne depuis des décennies. On connaît la réalité locale et on sait qu'il est absolument nécessaire de créer des emplois en Guyane. La vraie question est: est-ce que ce projet est le meilleur pour créer des emplois durables en Guyane ? Notre réponse est clairement non. Au-delà du désastre écologique, ce projet est un mirage économique. En analysant un autre secteur, celui du tourisme, à partir des données de la collectivité locale guyanaise, on se rend compte qu'avec quatre fois moins d'argent public dépensé en Guyane, on peut créer six fois plus d'emplois dans le tourisme que dans l'activité aurifère et le projet Montagne d'Or. Ce n'est pas le meilleur deal.

franceinfo. Est-ce contradictoire ? Est-ce qu'on risque d'éviter un développement touristique si on crée cette mine d'or ?

C'est surtout que l'argent public, nos impôts, n'iront pas à la fois au développement des activités de Montagne d'Or et au tourisme, à l'agriculture, à la pêche, à l'exploitation durable de la forêt. L'argent public est rare. Il ne sera pas utilisé deux fois. Or d'après nos calculs, il y a une somme astronomique qui serait dépensée pour créer ces 750 emplois : 420 millions d'euros de subventions publiques sous différentes formes, pour créer 750 emplois directs. Cela fait 560 000 euros publics pour créer un emploi. Avec cet argent-là, on peut en créer beaucoup, beaucoup plus, dans d'autres secteurs, sans détruire le capital naturel exceptionnel de la Guyane, l'Amazonie française. Nous on se place aussi sur le plan du développement économique pour ne pas tomber dans le piège qu'on voudrait nous tendre.

Qu'en est-il de la partie "désastre écologique" ? Quel serait exactement le problème ?

On est sur la plus grande mine d'or jamais exploitée en France. L'équivalent de 32 stades de France. Il fut un temps où le promoteur du projet démontrait qu'on pouvait mettre la totalité de la tour Eiffel dans le trou qui serait creusé pour exploiter la mine. Puis il s'est rendu compte que c'était contre-productif de communiquer sur cet argument, donc il l'a sorti du site et il a changé les données. Mais son entrée initiale dans le projet, c'était de dire : c'est extraordinaire, ce trou, la totalité de la tour Eiffel et 32 stades de France, en pleine forêt amazonienne, entre deux réserves de biosphère, dans un endroit où on n'a jamais eu la moindre activité économique. Aujourd'hui, c'est desservi par une piste. La seule façon de desservir ce site, c'est de créer une route, pour que les camions soient acheminés. Qui peut croire que sur cet espace ne vont pas se développer des activités illégales, que l'on retrouve partout ailleurs dans le monde quand une mine d'or s'installe ? De la prostitution, de la drogue, c'est ça l'avenir du développement économique de la Guyane rattaché à Montagne d'or, et ça on n'en veut pas.