Guadeloupe : le calvaire des soignants vaccinés

Publié Mis à jour
Guadeloupe : le calvaire des soignants vaccinés
FRANCE 2
Article rédigé par
D.Schlienger, S.Guillemot, S.Gravelaine - France 2
France Télévisions

Si la situation en Guadeloupe témoigne d’une profonde crise sociale, l’origine des émeutes est l’obligation vaccinale des soignants. Depuis le début de la crise en Guadeloupe, les soignants vaccinés ont vu leur quotidien se dégrader.

À 5 heures du matin, en Guadeloupe, des médecins et des infirmières, se retrouvent dans un minibus affrété par leur clinique. L’objectif : assurer leur sécurité. Chaque jour, ces derniers sont dans l’inconnu et ignorent où seront placés les barrages. Une des infirmières a eu ses pneus crevés après avoir tenté de forcer un barrage, depuis hors de question pour elle de se rendre seule au travail. Après seulement quelques minutes de conduite, un premier barrage tenu par trois hommes bloque déjà la route. Le chauffeur tente de négocier et de faire valoir le statut de soignants de ses voyageurs, en vain. La seule solution est de prendre des chemins détournés. Au final, le trajet s’est avéré bien plus long qu’à l’accoutumée, mais les passagers sont arrivés sain et sauf.

Un manque de personnel dans les hôpitaux


Dimanche 28 novembre, à l’hôpital de Pointe-à-Pitre, trois infirmiers du service des réanimations n’ont pas réussi à passer les barrages. De ce fait, deux lits sont fermés, faute de personnel. L’une des médecins du service a même dormi à l’hôpital. Mais au-delà des difficultés d’accès, de nombreux soignants craignent d’être pris pour cible par les émeutiers.



Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.