Guadeloupe : l'île de nouveau marquée par les violences

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
N. Perez, D. Schlienger, S. Guillemot, N. Karczinski, L. Dulois, Guadeloupe la 1ère - France 2
France Télévisions

L'instauration d'un couvre-feu n'aura pas calmé la situation en Guadeloupe, qui a connu une nouvelle nuit de violences et de pillages. 

À Pointe-à-Pitre, comme dans les plus grandes villes de la Guadeloupe, la nuit du samedi 20 au dimanche 21 novembre a été très agitée, et ce, malgré l'application d'un couvre-feu. De nombreux barrages, en flammes, ont été installés sur les routes, alors que les forces de l'ordre ont été attaquées par des vandales. Des coups de feu ont également été entendus dans certaines communes. Pour les manifestants, l'instauration d'un couvre-feu ne fait qu'empirer la situation. "On a confiné les gilets jaunes quand ils défilaient sur Paris ?", demande un manifestant cagoulé.

Des forces de l'ordre dépassées

Durant la nuit, les autorités n'ont pas pu lutter efficacement contre tous les actes de vandalisme et le non-respect du couvre-feu. Dans la ville de Pointe-à-Pitre, une vingtaine de magasins ont été attaqués. Les habitants de la commune sont dépassés. "Je ne sais pas ce qu'il va se passer par la suite, mais c'est vraiment désolant", témoigne un habitant. Les forces de l'ordre ont pu interpeller près de 38 personnes durant toute la nuit, alors qu'un soutien supplémentaire en provenance de l'Hexagone arrive progressivement. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.