Cet article date de plus de quatre ans.

Les VTC créateurs d'emplois : un "effet d'annonce" et pas une "étude sérieuse" pour l'association Taxis de France

Les véhicules de tourisme avec chauffeur créeraient plus d'emplois qu'ils n'en détruiraient, selon une étude publiée mardi. Mais, pour Thierry Guicherd, porte-parole de l'association Taxis de France, cette affirmation n'est "pas sérieuse". Il espère que la loi Grandguillaume, censée normaliser les relations entre taxis et VTC, sera bientôt votée à l'Assemblée.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Thierry Guicherd, porte-parole de l'association Taxis de France, invité de franceinfo le 13 décembre. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Selon une étude de la société d'assurance Coface publiée mardi 13 décembre, le système des voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) serait créateur d'emplois. L’étude montre qu'il est tellement dynamique qu'il compense largement les destructions d'emplois qu'il provoque, essentiellement pour les taxis.

Ces derniers dénoncent régulièrement ce qu'ils estiment être une concurrence déloyale. Pour Thierry Guicherd, porte-parole de l'association Taxis de France, cette étude est "un effet d'annonce" et n'est "pas sérieuse".

franceinfo : Que vous inspire cette étude ?

Thierry Guicherd : Ce genre d'étude est là uniquement pour essayer de valider les thèses de multinationales et de gens qui ont tout intérêt à s'imposer coûte que coûte sur un marché très juteux pour eux. Il s'agit d'effet d'annonce et pas d'étude sérieuse. Pour cela, il faudrait disposer de chiffres. Aujourd'hui, dans le domaine du VTC et du taxi, surtout dans des métropoles comme Paris, personne n'est capable de donner le nombre exact d'acteurs et dans quelles conditions ils travaillent.

Une autre étude parue en novembre estimait que les VTC représentaient un quart des créations d'emplois en Ile-de-France. Pensez-vous que ce chiffre soit crédible ?

Création d'emplois, pour moi, cela signifie qu'il existe un contrat de travail et des fiches de salaire. Dans ce cas-là, je pense qu'on peut avoir ni l'un ni l'autre donc ce ne sont pas des créations d'emplois. Ce sont des gens qui décident de donner leur force de travail à des organisations qui les dirigent et qui les contrôlent.

Des entreprises comme Uber et d'autres ont profité de failles juridiques.

Thierry Guicherd, porte-parole de l'association Taxis de France

à franceinfo

Ils exercent le métier de transports de personnes de différentes façons, soit en VTC soit en LOTI (transports de 2 à 9 personnes). Des entreprises comme Uber et d'autres ont profité de failles juridiques en France pour pouvoir mettre massivement en LOTI des gens sous-formés, sous-qualifiés, sous-payés, pour pouvoir occuper le terrain et faire un dumping social et tarifaire sur les courses.

Qu'attendez-vous de la loi Grandguillaume ?

Les professionnels en VTC, comme les professionnels en taxi, souhaitent faire leur travail sereinement dans des conditions de concurrence acceptable. Jeudi 15 décembre, il y aura une manifestation contre des gens voraces qui se foutent de la conjoncture économique et sociale des pays où ils opèrent. Ils veulent absolument passer comme des rouleaux compresseurs. Les taxis comme les VTC n'en veulent plus. Nous avons bon espoir que la loi Grandguillaume passe le plus vite possible.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.