Chauffeur privé : une solution pour sortir du chômage

Beaucoup de chauffeurs privés ont fait le choix de cette activité pour sortir du chômage. Les explications de France 2.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Alors que les chauffeurs privés et VTC ont entamé leur troisième jour de grève vendredi 5 février, France 2 s'est intéressée au profil de ces chauffeurs.
Ancien pâtissier, interprète, employé dans un restaurant, ils étaient chômeurs il y a quelques mois et ont fait le choix de se reconvertir en chauffeur privé. Lazhar Bourguiba était maitre d'hôtel. Pendant trois ans il n'a rien trouvé dans son secteur. Aujourd'hui, il gagne 1 800 euros nets par mois. Cette activité de chauffeur lui a permis de s'en sortir.  "On a failli perdre la maison, on est passé par un dossier surendettement, et après j'ai trouvé cette solution", explique-t-il.  

40% de chômeurs de longue durée

Selon une enquête, un quart des chauffeurs Uber étaient chômeurs avant de devenir conducteurs, dont 40% de longue durée. Chayma Haroutch par exemple vient de créer à 30 ans sa propre société de transport collectif. Elle gagne maintenant 1 700 euros par mois. Certains seniors qui ne trouvent plus d'emploi font aussi ce choix. Chez les jeunes aussi, devenir chauffeur privé est une chance de s'en sortir. "Si on m'enlève ce métier, je ne sais pas réellement quoi faire demain", confie  Elias Zeroual, 20 ans et chômeur pendant huit mois. Si le gouvernement maintient ses positions, ces personnes ne pourront bientôt plus exercer.
Le JT
Les autres sujets du JT
Un chauffeur de VTC de la société Drive. Le rapport Thévenoud propose d\'interdire la géolocalisation de ces chauffeurs, que les taxis voient comme une concurrence déloyale.
Un chauffeur de VTC de la société Drive. Le rapport Thévenoud propose d'interdire la géolocalisation de ces chauffeurs, que les taxis voient comme une concurrence déloyale. (MAXPPP)