Cet article date de plus de huit ans.

Grenoble. Une bijouterie braquée à l'arme de guerre

Le commerçant a été blessé et les braqueurs sont toujours en fuite.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers enquêtent sur les lieux d'un braquage, vendredi 10 août à Grenoble (Isère). (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

FAITS-DIVERS. Deux hommes ont braqué une bijouterie du centre-ville de Grenoble (Isère) avec des armes de guerre, vendredi 10 août au matin, blessant le commerçant à la jambe. Ils se sont ensuite enfuis en prenant une passante en otage, qu'ils ont libérée, choquée, à une quinzaine de kilomètres des lieux.

Une vidéo amateur circule

Les faits se sont déroulés vers 11h40. "Les deux hommes, cagoulés et munis d'armes automatiques de gros calibres, ont tiré plusieurs coups de feu dans la bijouterie et à l'extérieur en direction de la police", a indiqué la préfecture de l'Isère. Les fusils ont été qualifiés "d'armes de guerre" par les autorités.

Le bijoutier souffre d'une blessure à la jambe mais aucun des policiers n'a été blessé. Le montant du butin est par ailleurs en cours d'évaluation.

Sur Twitter, une vidéo réalisée par un passant lors de l'attaque circule. On peut y voir des douilles sur le sol, et des policiers évacuer les lieux.

Les braqueurs toujours en fuite

Les deux braqueurs se sont enfuis en voiture en direction de Chambéry (Savoie) après avoir pris en otage une passante. Cette femme, dont l'âge n'a pas été précisé, a été libérée "choquée mais pas blessée" lors de la fuite en voiture des suspects. Elle a été relâchée à Saint-Ismier, à une quinzaine de kilomètres de la capitale des Alpes, a précisé la préfecture, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Les policiers qui sont à la recherche des malfaiteurs ont perdu leur trace dans l'agglomération de Chambéry.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.