Hauts fourneaux d’ArcelorMittal : le maire d’Hayange va contester la vente, qui doit être finalisée cette semaine

Le maire d’Hayange Fabien Engelmann redoute par ailleurs que le nouvel acquéreur démantèle les hauts fourneaux pour revendre les matériaux à prix d’or et s’en aller avant de dépolluer les sols.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le site d'ArcelorMittal à Hayange en 2012. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Le maire d’Hayange (Moselle) va contester la vente d’une partie du terrain du site Patural, qui doit être finalisée cette semaine, dix ans après l’arrêt définitif des hauts-fourneaux de Florange, rapporte lundi 24 avril France Bleu Lorraine. Le propriétaire ArcelorMittal va vendre à l’entreprise Henry Invest, filiale du groupe Oxytec, une cinquantaine d’hectares comprenant les hauts fourneaux d’Hayange, mais également quelques parcelles sur le ban de Serémange-Erzange.

La signature de l’acte de vente est programmée cette semaine, pour un montant de 500 000 euros. Henry Invest, dirigé par le Lorrain Patrick Henry, prévoit de démanteler les hauts fourneaux, de revendre la ferraille et de dépolluer les sols en surface afin de les rendre aux collectivités pour un usage industriel. Mais le maire d’Hayange entend contester cette vente. Fabien Engelmann estime que les documents du compromis de vente ont indistinctement désigné les terrains d’Hayange et de Serémange-Erzange, ce qui risque d’empêcher les communes de faire valoir leur droit de préemption. L’élu dénonce un vice de forme intentionnel. Il entend donc saisir la chambre des notaires.

La crainte que les sols ne soient pas dépollués

Fabien Engelmann redoute par ailleurs que le nouvel acquéreur démantèle les hauts fourneaux pour revendre les matériaux à prix d’or et s’en aller avant de dépolluer les sols : "Il est hors de question que des spéculateurs vendent le trésor de guerre pour 20 ou 25 millions d’euros et n’aillent pas au bout de la dépollution", lance-t-il. "Henry Invest est une société créée il y a six mois avec un capital dérisoire de 10 000 euros", note le maire d’Hayange. Il se demande donc "pourquoi créer cette société alors qu’Oxytec pourrait assurer ce démantèlement ? Pourquoi ne pas nous avoir rassurés dès le départ en déposant des dossiers conformes à la loi, en nous donnant une information claire sur le niveau réel de pollution du site ? ".

Cet avis n’est pas partagé par le président de la communauté d’agglomération du Val de Fensch Michel Liebgott. Il considère que très peu de sociétés sont capables de réaliser une telle dépollution. "Dépolluer, démonter des hauts fourneaux, c’est un métier, il faut des personnes pointues et spécialisées", observe-t-il. Michel Liebgott craint donc que la procédure envisagée par le maire d’Hayange fasse perdre du temps. Pour que les instances publiques et privées puissent travailler ensemble et suivre au mieux ce projet complexe, les services de l’Etat, les communes, la région Grand Est, l’établissement public foncier, ArcelorMittal et Henry Invest seront réunis au sein d’un Projet Partenarial d’Aménagement, un nouveau dispositif créé l’an dernier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.