Violences urbaines : en Meurthe-et-Moselle, la mairie d’une petite commune face à la facture

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Violences urbaines : en Meurthe-et-Moselle, la mairie d’une petite commune face à la facture
Article rédigé par France 2 - C.Dewaegeneire, B.Gelot, M.Hollender, M.Marini
France Télévisions
France 2
Concernant les dégradations, le texte qui vise à accélérer la reconstruction sera débattu jeudi 20 juillet à l’Assemblée nationale. C’est loin d’être suffisant pour certains maires, comme celui de Mont-Saint-Martin, qui demande des comptes à l’État.

Un conseil municipal en plein air, sur des bancs, car la mairie a brûlé. Deux semaines après les émeutes, le maire (PCF) de Mont-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle), Serge de Carli, ému, tente de redonner un peu d’espoir à ces habitants. "Nous allons tenir le cap", assure-t-il. Neuf bâtiments publics ont été vandalisés pendant les violences, dont le collège, l’école élémentaire, et un centre pour enfants autistes. "C’était affreux de voir qu’un bâtiment d’aide à la personne pouvait partir en fumée", commente Mélina Aroldi, orthophoniste au cabinet de la ville. 

Le maire devance l’Etat 

La mairie de la commune de 8 300 habitants a été particulièrement ciblée. Face à l’urgence, le maire a lancé les travaux sans respecter les obligations légales. "On n’a pas lancé de marché, on fait appel aux entreprises qui sont disponibles, pour au plus vite remettre en état un outil de service public de proximité", explique-t-il. Il a devancé le projet de loi d’urgence, examiné durant la semaine au Parlement, qui devrait permettre aux communes de faciliter la reconstruction à l’identique. Des mesures insuffisantes pour l’élu, car elles permettent d’accélérer les réparations, mais pas de les financer. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.