Cet article date de plus de douze ans.

Eric Besson déterminé à remplir les objectifs

Eric Besson s'est dit jeudi déterminé à remplir les objectifs de la politique d'immigration
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Eric Besson, ministre de l'Immigration, lors d'un déplacement à Calais (23/04/2009) (© France 2)
Eric Besson s'est dit jeudi déterminé à remplir les objectifs de la politique d'immigrationEric Besson s'est dit jeudi déterminé à remplir les objectifs de la politique d'immigration

Il a souligné qu'il entendait maintenir le cap tant en matière d'expulsions de clandestins qu' en matière d'intégration ou de droit d'asile.

Le ministre de l'Immigration a ainsi indiqué lors d'une conférence de presse qu'il ne cèderait pas sur la rétention des enfants de sans papiers, une pratique dénoncée par des associations humanitaires.

I"Je ne vais renoncer à rien", a dit cet ancien responsable socialiste en s'efforçant de démontrer que la feuille de route fixée par Nicolas Sarkozy alliait fermeté et humanité et que la France restait une "terre d'accueil".

Concernant les expulsions d'étrangers en situation irrégulière, vues comme le baromètre d'un ministère très controversé, Eric Besson a annoncé que 17.350 sans-papiers avaient été expulsés sur les sept premiers mois de l'année.

Il assuré que ce chiffre, inférieur à celui de la même période de 2008, ne l'empêcherait pas d'atteindre l'objectif de 27.000 reconduites à la frontière sur l'année assigné par le chef de l'Etat dans une lettre de mission très détaillée.

Rétention des enfants


Des associations humanitaires ayant dénoncé durant l'été une multiplication des placements de familles avec enfants en centre de rétention administrative, Eric Besson a dit qu'il ne comptait pas mettre fin à cette pratique. "Non, il n'y a pas de changement de politique (...) La France traite dignement les étrangers en situation irrégulière interpellés sur son territoire", a-t-il insisté lors de sa conférence de presse.

Selon lui, les parents sont "libres de choisir d'amener ou pas leurs enfants dans un centre de rétention ou de les confier à l'extérieur."

Le quotidien La Croix indiquant que 242 enfants ont séjourné dans des centres de rétention en 2007, le ministre a annoncé qu'il ferait un recensement précis. Selon lui, 15 mineurs sont passés depuis le 15 août dans de tels lieux.

Il a également mis en avant le fait que la circulaire qui permettait cette pratique avait été signée par l'ancien Premier ministre Lionel Jospin et plusieurs de ses anciens camarades socialistes.

"Autrement dit, ce sont des socialistes qui ont pensé qu'il était plus sain pour les familles et les enfants d'adapter comme ça les chambres dans les chambres de rétention. Et ils ont bien fait de le faire", a-t-il dit sur LCI.

La Ligue des droits de l'homme avait adressé une lettre ouverte au ministre pour lui demander de renoncer à de telles méthodes.

"Nous vous demandons de mettre fin à cette inversion du droit qui ignore la spécificité de l'enfance et met notre pays dans une situation inacceptable au regard de ses engagements internationaux", écrivait-elle.

Parallèlement aux expulsions, Eric Besson a insisté sur sa volonté d'augmenter la pression contre les filières d'immigration illégales, 86 ayant été démantelées du 1er janvier au 31 juillet, soit 30% de plus en un an.

La France, "un pays ouvert"


Sur le plan de l'accueil, Eric Besson a asséné une série de statistiques tendant à montrer que la France restait "un pays ouvert."

Ainsi, 104.827 titres de long séjour ont été délivrés entre le 1er janvier et le 31 juillet 2009, soit une progression de 0,7% par rapport à la même période de 2008, a-t-il dit.

Dans cette catégorie, les autorisations de séjour accordées au titre de l'asile sont en très nette progression (+22%) mais celles délivrées dans le cadre de l'immigration familiale ont baissé de 7,6%.

Avec 18.658 demandes d'asile déposées, soit une hausse de 32,6%, la France reste le premier pays européen pour le nombre de demandes d'asile reçues et pour le taux d'acceptation, a assuré Eric Besson.

Le cas du père d'un garçon de 5 ans réexaminé

Eric Besson, s'est engagé jeudi à réexaminer le dossier de Chama, un petit garçon de cinq ans et demi privé de son père arrêté il y a une semaine à Roissy, près de Paris.

Interpellé parce qu'il n'avait pas de titre de séjour, le père de l'enfant, un Angolais, a été placé dans un centre de rétention sans que personne ne se soucie du sort de son fils, selon des associations humanitaires.

Le député socialiste Jack Lang a fait appel à "l'esprit d'humanité" du ministre de l'Immigration. "Chama, petit Angolais âgé de cinq ans et demi, risque d'un instant à l'autre d'être séparé de son papa menacé d'expulsion. Son père vit en France depuis sept ans, il s'y est installé pacifiquement et ne demande qu'à y vivre et y travailler paisiblement", écrit-il à Eric Besson.

"Je ne peux imaginer qu'une décision d'expulsion rende cet enfant quasiment orphelin", ajoute-t-il.

Tout en disant refuser de commenter un cas particulier, Eric Besson a déclaré jeudi lors d'une conférence de presse qu'il allait réexaminer le dossier.

Le ministre a cependant indiqué que l'enfant pouvait, parmi d'autres possibilités, être reconduit avec son père dans le pays d'origine de ce dernier, bien qu'il soit né en France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.