EPR de Flamanville : la cuve du réacteur pourrait présenter de graves défauts de fabrication

C'est cette fois l'autorité de sureté nucléaire (ASN) qui tire la sonnette d'alarme et met en cause la cuve du réacteur de l'EPR de Flamanville. Explications avec France 2.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Selon l'autorité de sureté nucléaire, la cuve de l'EPR comporte de nombreuses anomalies au niveau du couvercle et du socle. Cette cuve qui doit contenir le réacteur ne serait pas assez solide selon l'ASN. En cause, l'alliage d'acier au sommet et à la base jugé pas assez résistant. La cuve pourrait se fissurer si le réacteur chauffe et propoquer des fuites d'une extrême gravité. L'ASN demande des précisions supplémentaires avant d'autoriser ou refuser la mise en service de la cuve. "Tout l'enjeu est de savoir si en situation accidentelle, elle serait en mesure d'assurer son rôle", estime Pierre-Franck Chevet, président de l'ASN. Des analyses seront donc menées dans les mois à venir.

Un chantier dont le coût a déjà triplé

EDF et Areva, constructeurs de la centrale ont réagi dans un communiqué le 7 avril dernier : "les équipes d'EDF et d'Areva sont mobilisées pour réaliser au plus tôt les essais complémentaires (...) et apporter à l'autorité toutes les informations nécessaires". Si l'ASN le juge nécessaire, la cuve devra être remplacée. Problème : elle a déjà été installée dans un coffre en béton et de nombreux circuits y ont été rattachés. Un nouveau coup dur pour le chantier de l'EPR qui a déjà coûté trois fois plus cher que prévu.

Le JT
Les autres sujets du JT
La cuve de l\'EPR de Flamanville introduite dans le réacteur, le 24 janvier 2014, à Flamanville (Manche).
La cuve de l'EPR de Flamanville introduite dans le réacteur, le 24 janvier 2014, à Flamanville (Manche). ( MAXPPP)