Cet article date de plus de dix ans.

Dictée plus longue, éducation civique : ce qui va changer au brevet en 2013

Les épreuves de français, de maths et d'histoire-géographie seront remodelées l'année prochaine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Examen du brevet dans un collège de Mulhouse (Haut-Rhin), le 28 juin 2011. (DAREK SZUSTER / MAXPPP)

Un remodelage en profondeur. L'examen du brevet national des collèges va évoluer en juin 2013, indique, mardi 10 avril, le ministère de l'Education nationale. En 2010, 623 400 élèves, toutes séries confondues (séries collège, technologique et professionnelle), avaient été admis à l'issue de l'épreuve, soit un taux de réussite globale de 83,3% pour cet examen qui ne conditionne pas l'accès à la classe de seconde.

L'an dernier, 750 000 élèves de troisième avaient passé l'examen du brevet, qui avait déjà constitué un tournant, avec une nouvelle épreuve obligatoire : l'histoire des arts, qui se déroule désormais à l'oral. L'enseignement de l'histoire des arts est obligatoire dans les écoles primaires depuis 2008 et dans les collèges depuis la rentrée 2009. Voici les changements prévus pour l'an prochain :

• L'épreuve de français (trois heures) : la dictée sera plus longue. Elle passera de 600 à 800 caractères ; deux sujets de rédaction seront proposés au choix de l'élève (un d'imagination, l'autre de réflexion), mais ils ne comporteront plus de consignes explicitées, comme auparavant. De plus, un questionnaire laissera la place aux réactions personnelles de l'élève face au texte proposé.

• L'épreuve d'histoire-géographie (deux heures) : elle se déclinera désormais en trois disciplines (histoire, géographie et instruction civique) qui devront obligatoirement être chacune traitées par l'élève. Auparavant, l'élève avait simplement le choix entre l'histoire et la géographie.

• L'épreuve de mathématiques (deux heures) : elle comptera un plus grand nombre d'exercices (dix contre six). Ceux-ci seront conçus de façon indépendante, de sorte qu'il ne soit pas nécessaire de réussir le premier pour pouvoir faire les autres. L'un au moins de ces exercices sera "une tâche complexe", précise le ministère, pour laquelle "l'élève n'est pas guidé ; il doit utiliser connaissances et savoir-faire différents".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.