Des voix s'élèvent contre la présence de Charles Maurras dans la liste des commémorations officielles 2018

"Commémorer, c'est rendre hommage", a alerté, samedi, le "Monsieur antiracisme" du gouvernement.

Charles Maurras, à Paris, le 19 mai 1938.
Charles Maurras, à Paris, le 19 mai 1938. (AFP)

Ils appellent le ministère de la Culture à revoir sa copie. Plusieurs acteurs de l'antiracisme se sont indignés, vendredi 26 et samedi 27 janvier, de la présence de l'écrivain d'extrême droite Charles Maurras dans le registre officiel des commémorations prévues pour 2018.

"Commémorer c'est rendre hommage. Maurras, auteur antisémite d'extrême droite, n'a pas sa place dans les commémorations nationales 2018", a tweeté le préfet à la tête de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT. Avant lui, la Ligue internationale de lutte contre le racisme et l'antisémitisme ainsi que le député "insoumis" Alexis Corbière avaient exprimé leur stupeur.

"Un polémiste redouté" né il y a 150 ans

Elaboré par le Haut-Comité des commémorations nationales, sous la houlette du ministère de la Culture, le Recueil des commémorations nationales 2018 propose de commémorer la naissance, en 1868, de Charles Maurras, qui partie de la "centaine d'anniversaires susceptibles d'être célébrés au nom de la Nation".

Condamné après la guerre pour son soutien résolu au régime de Vichy, ce pilier de l'Action française est présenté comme une "figure emblématique et controversée", qui "mêle à travers son itinéraire les lettres et la politique". "Cet écrivain reconnu tant en France qu'à l'étranger fut aussi le théoricien politique du 'nationalisme intégral' et un polémiste redouté", ajoute le recueil, préfacé par la ministre de la Culture, François Nyssen.