Cet article date de plus de six ans.

Dépassements de temps de travail : le directeur de la croix-Rouge écarté

Alors que l'inspection du travail avait sanctionné l'association un redressement potentiel de 11 millions d'euros, Stephane Mantion vient d'être remercié, indique "Le Parisien".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Stephane Mantion (à gauche) en compagnie de Jean-Jacques Eledjam, président de la Croix-Rouge, le 9 septembre 2013, devant l'Elysée à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Le directeur paie la facture. Une semaine après les révélations sur les 3 800 infractions à la législation sur le temps de travail en 2014 pour la Croix-Rouge, le directeur de l'association, Stéphane Mantion, a été remercié, indique vendredi 5 juin le Parisien / Aujourd'hui en France.

Selon le quotidien, un mail diffusé dans la soirée de vendredi soir annonçait simplement : "Anne Burlot-Bourdil, directrice déléguée à la coordination et aux organisations assurera à compter de ce soir et en raison de l’absence de Stéphane Mantion l’intérim de la direction générale".

"Des journées de travail supérieures à dix heures"

Pour l'instant, la direction n’a pas confirmé l'information. Celle-ci pourrait être officialisée lors d'une assemblée du personnel, mardi prochain. Selon Le Parisien, le départ de Stéphane Mantion serait effectif à partir de fin juillet et ce dernier pourrait rejoindre le ministère de la Santé.

Sur les 3 800 infractions constatées en 2014, "environ 3 300 concernent des journées de travail supérieures à dix heures", d'autres portent sur "des dépassements de la durée hebdomadaire maximale" (48 heures selon la loi), indique un rapport de l'inspection du travail. Les inspecteurs ont aussi dénoncé une "privation du repos quotidien minimal", soit onze heures entre deux périodes travaillées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.