VIDEO. Sept chiffres chocs sur le Débarquement du 6 juin 1944

Bombardements, nationalités impliquées, poids du paquetage... Franceinfo revient sur les chiffres les plus marquants du Débarquement. 

Il y a 75 ans débutait l'une des plus grandes batailles de la Seconde Guerre mondiale : le Débarquement en Normandie. Franceinfo revient en sept chiffres sur ce qui est considéré comme la plus importante opération amphibie de l'histoire. Pour bien saisir l'ampleur de cette bataille, au moment où la France et ses alliés célèbrent le 75e anniversaire du Débarquement, jeudi 6 juin, franceinfo revient en sept chiffres sur cette gigantesque opération. 

12

C'est le nombre de nationalités différentes engagées dans les forces alliées. Une force qui représente près de trois millions d'hommes face à 40 000 soldats allemands retranchés sur 80 kilomètres de côtes normandes.

Pour saisir l'ampleur de cette organisation, durant les cinq premiers mois de 1944, ce sont près de six millions de tonnes d'équipements (armes, munitions, véhicules...) qui ont été débarquées des Etats-Unis.

6 939

C'est le nombre de bâtiments militaires alliés qui ont traversé la Manche et les 150 kilomètres qui séparent le littoral britannique des côtes françaises. A leur bord pour cette première vague, 130 000 soldats et plus de 20 000 véhicules. Tous les navires se sont, dans un premier temps, regroupés à trente kilomètres environ au sud de l'île de Wight, au sud de l'Angleterre, pour ensuite prendre la direction des côtes français.

Cette armada était divisée en deux groupes, dites "task forces". La "Western" était composée de troupes américaines, avec pour objectif les plages d'Omaha et Utah. L"'Eastern" rassemblait des troupes majoritairement britanniques et canadiennes, avec comme objectif les plages de Juno, Gold et Sword.

7 616 

C'est la quantité de bombes déversées par l'aviation alliée dans la nuit du 5 au 6 juin sur le littoral normand, note Antoine Pascal dans Le Débarquement en chiffres (Editions Ouest France). Pour cette opération sans précédent, 2 218 bombardiers britanniques et américains ont survolé les côtes normandes. Dix cibles étaient principalement visées. Notamment des bunkers abritant des batteries de canons pouvant atteindre les plages du Débarquement, comme celles de la pointe du Hoc, de Merville-Franceville ou encore de Longues-sur-Mer. 

90%

C'est le pourcentage des soldats américains de la première vague d'Omaha Beach tombés sous les balles de la 352e division d'infanterie allemande. A 6h35 du matin, soit cinq minutes seulement après le début du Débarquement, 1 000 soldats américains avaient déjà été fauchés.

9h45

C'est le temps qu'il faudra aux hommes du 5e corps d'infanterie pour se rendre maître du secteur d'Omaha. Le bilan de cette première journée de combats est terrible : 2 500 hommes tués pour 34 250 soldats débarqués, soit 7% de pertes. La plage sera par la suite baptisée "bloody Omaha" (Omaha la sanglante), rappelle France 3 Normandie. Utah Beach est le secteur le moins meurtrier du D-day avec 197 morts. La plage est conquise dès midi après 5h30 de combats. 

30 kilos

C'est le poids du paquetage que portait chaque soldat en débarquant sur les plages normandes. Il comprenait notamment un fusil (le M1 Garand pesait 4,3 kilos), des grenades, des rations, des sacs à vomi, une gourde, mais aussi un peu d'argent. Certains étaient également équipés d'un réchaud de campagne – le Stove M1941. Il fut utilisé pendant toute la guerre. Avec sa boîte de transport, il pesait 1,7 kg. Il fonctionnait au gaz d’essence et possédait une autonomie de deux heures.

27

C'est le nombre de cimetières militaires en Normandie où reposent 97 378 soldats tombés le jour du Débarquement et pendant la bataille qui a suivi. Le plus grand est allemand et est situé à La Cambe. Il abrite 21 222 tombes sur deux hectares. Le plus vaste est américain. Sur la commune de Colleville-sur-Mer reposent 9 386 soldats, dont la moyenne d'âge ne dépassait pas 23 ans.

Soladats américains dans une barge de débarquement, le 6 juin 1944.
Soladats américains dans une barge de débarquement, le 6 juin 1944. (FRANCEINFO / BATISTE BOYER)