Corse : le parquet antiterroriste saisi après le communiqué du FLNC revendiquant 16 attentats

Dans un communiqué, le FLNC a revendiqué 16 "actions" contre des résidences secondaires, des entreprises du bâtiment et des véhicules policiers

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un graffiti évoquant le FLNC, le 6 avril 2022, à Bastia en Corse/ (LAURENT PERPIGNA IBAN / HANS LUCAS / AFP)

La réaction n'a pas tardé. Le parquet national antiterroriste (Pnat) s'est saisi de l'affaire du communiqué du FLNC (Front de libération nationale Corse). Dans ce texte, publié lundi 12 juillet, l'organisation clandestine revendique 16 attentats, principalement contre des résidences secondaires.

Interrogé par l'AFP, le procureur d'Ajaccio Nicolas Septe a confirmé son dessaisissement au bénéfice du Pnat, précisant que la sous-direction antiterroriste (SDAT) était également saisie. La police judiciaire reste elle co-saisie de l'enquête. Regrettant la "mort et la disparition du peuple corse", le FLNC avait revendiqué 16 "actions" contre des résidences secondaires, des entreprises du bâtiment et des véhicules policiers, sans dater celles-ci.

"Ce qui tue le peuple corse, c'est la France, le système économique mondial et une partie de notre peuple qui s'en fait complice", accusait dans ce document transmis à Corse Matin le mouvement indépendantiste clandestin. Le FLNC a officiellement déposé les armes en 2014, au terme de quatre décennies de lutte armée marquées par plus de 4 500 attentats.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Corse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.