Délais réduits pour les papiers d'identité : "Une diversion" mais pas "une nécessité vitale", dénonce le maire d'Issoudun

André Laignel, maire PS d'Issoudun et vice-président de l'Association des maires de France, pointe un nouveau "transfert de charge sur les collectivités", après l'annonce de la réduction des délais pour faire ses papiers d'identité.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Entretien pour une demande de passeport et de carte d'identité, à Giromagny (Territoire de Belfort), le 4 mai 2022. (MICHAEL DESPREZ / MAXPPP)

"On a le sentiment qu'il s'agit d'une diversion et non pas une nécessité vitale pour le moment", a dénoncé vendredi 21 avril sur franceinfo André Laignel, maire PS d'Issoudun (Indre) et vice-président de l'Association des maires de France (AMF), alors que la Première ministre Élisabeth Borne s'est engagée à diviser par deux d'ici à l'été les délais pour obtenir une carte d'identité ou un passeport, lors d'un déplacement vendredi à Buzançais (Indre).

>> Suivez le direct : Elisabeth Borne veut diviser par deux le délai d'attente pour les titres d'identité

André Laignel pointe un nouveau "transfert de charge sur les collectivités" dans un contexte où "le débat sur les retraites n'est pas terminé" et alors que "l'inflation met à mal les familles, que la santé est en totale déliquescence, que les mobilités sont dans la plupart des cas en panne". Le maire d'Issoudun regrette ainsi qu'Élisabeth Borne "ne soit pas venue dans l'Indre en train". "Elle aurait pu constater l'état de vétusté de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse qui est une priorité d'aménagement du territoire". Les annonces de la cheffe du gouvernement donnent "le sentiment" à André Laignel que "tout cela ressemble à une débandade plus qu'à un rebond sur le terrain".

Manque de personnel

Le vice-président de l'Association des maires de France estime que l'État "en demande encore plus" et que "la compensation n'est pas à la hauteur des nécessités en termes de personnel". Il juge que la dématérialisation des démarches envers les services publics est "un ersatz et la réponse au désengagement de l'État". Si les guichets France Service mis en place dans les collectivités sont "utiles", c'est notamment "parce que depuis des années, les services de l'Etat sont fermés. On demande aux collectivités d'accueillir des dispositifs qui sont des roues de secours de la défaillance de l'État". "La déshumanisation n'est pas une politique d'avenir", ajoute André Laignel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.