Fleur Pellerin "pas très convaincue" par les explications de Facebook

Deux ministres ont demandé à la direction du réseau social de s'expliquer, aujourd'hui, devant la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).

La ministre déléguée à l\'Economie numérique, Fleur Pellerin, sort de l\'Elysée le 25 septembre 2012.
La ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin, sort de l'Elysée le 25 septembre 2012. (BERTRAND GUAY / AFP)

INTERNET - Le gouvernement demande des comptes à Facebook, après la défaillance supposée qui a mis en émoi les utilisateurs du réseau social, lundi 24 septembre. Des discussions datant de 2008 à 2011 auraient été visibles sur de nombreux profils. Reste à savoir s'il s'agit d'échanges confidentiels ou de messages publics. A ce jour, la question n'est pas tranchée

Pour faire le point sur cette question, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et la ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin, ont demandé à la direction de Facebook de s'expliquer dès mardi 25 septembre auprès de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).

FTVi

Interrogée par i-Télé avant l'entrevue avec la Cnil, Fleur Pellerin a déclaré : "La direction de Facebook est aujourd'hui incapable de nous donner la moindre explication sur ce qui s'est produit hier soir. Aujourd'hui l'incertitude la plus totale règne, et les explications de Facebook ne sont pas très convaincantes". Elle conseille même aux utilisateurs de se préparer à une action en justice : "Si jamais il y a la certitude que des messages privés ont été rendus publics (...) je leur conseillerais bien sûr de porter plainte. C'est inadmissible". 

"Rupture de confidentialité"

Montebourg et Pellerin "souhaitent que des explications claires et transparentes soient apportées sans délais" aux Français. Ils s'interrogent sur la nature du problème : "S'agit-il d'une modification impromptue de la présentation des données qui a désarçonné les utilisateurs ? Ou y a-t-il eu rupture de confidentialité à travers la publication de messages privés ?"

La question relance le débat sur la protection des données personnelles. "Cet incident (...) souligne une fois de plus l'importance de la protection de données personnelles dans l'univers numérique et le manque de transparence quant au traitement de ces données par un acteur tel que Facebook." Certains utilisateurs ont déjà réagi, en désactivant leur compte.