Bernard Cazeneuve dans la "jungle" de Calais

Interpellé par une pétition de 800 personnalités sur l'indignité de la "jungle" de Calais, Bernard Cazeneuve a annoncé de nouvelles mesures sur place mercredi 21 octobre.

France 3

Posé au milieu de la lande de Calais, le bidonville s'étend désormais sur 14 hectares : d'innombrables baraquements de fortune mêlés aux toiles de tente. Jamais les migrants n'ont été aussi nombreux (près de 6 000) à vivre sur ce campement aux allées boueuses, insalubres et balayées par les vents. Un migrant irakien dénonce des conditions plus que précaires au micro de France 3 : "Il pleut , il fait froid et il va peut-être neiger dans quelques semaines. Il nous faut de l'aide. C'est dur de vivre ici." En trois semaines, le nombre de migrants a doublé.

Plus de places et plus de policiers

Face à l'urgence, Bernard Cazeneuve s'est rendu sur place mercredi et a annoncé 400 places d'hébergement en plus. "Afin de répondre aux besoins des femmes et des enfants et de les mettre à l'abri, j'ai décidé de doubler les places d'hébergement qui leur sont réservées. Elles seront construites d'ici la fin de l'année. Avant, des tentes chauffées seront montées", a dit le ministre de l'Intérieur. Des maraudes sociales seront également organisées dans la "jungle". Des renforts policiers ont aussi été annoncés.

Le JT
Les autres sujets du JT