Anne Sinclair reconnaît être séparée de DSK

Interrogée par "Le Parisien", la journaliste a admis implicitement ne plus être en couple avec l'ancien directeur du FMI.

Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair sortent de leur appartement new-yorkais, le 23 août 2011.
Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair sortent de leur appartement new-yorkais, le 23 août 2011. (EDUARDO MUNOZ / REUTERS)

Dans un entretien accordé au quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France du vendredi 31 août, Anne Sinclair a implicitement admis être séparée de DSK. A la question : "Comment va votre vie personnelle depuis votre séparation d'avec Dominique Strauss-Kahn ?", la directrice éditoriale du Huffington Post en France a répondu : "J'ai bonne mine, j'ai pris des vacances, je retravaille durement, je suis à fond sur les élections américaines", avant de lancer : "Et je vais très bien, merci."

Le 2 juillet dernier, une source proche de l'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) avait confirmé que DSK et Anne Sinclair, mariés depuis vingt ans, étaient séparés depuis environ un mois. Les intéressés ne s'étaient pas exprimés directement depuis.

Elle demande le respect de sa vie privée  

Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair sont rentrés en France le 4 septembre 2011, après l'affaire du Sofitel de New York qui a coûté à DSK son poste de directeur général du FMI et ruiné ses ambitions présidentielles. Il a en effet dû démissionner le 18 mai 2011, quatre jours après qu'une femme de chambre du Sofitel, Nafissatou Diallo, l'eut accusé d'agression sexuelle.

Tout au long de cette affaire, Anne Sinclair a défendu son mari et est restée à ses côtés. Depuis, les difficultés n'ont pas cessé puisqu'après l'affaire du Sofitel, DSK a été mis en examen pour "proxénétisme aggravé en bande organisée" dans le cadre de l'affaire dite du Carlton de Lille, le 26 mars dernier.

Anne Sinclair a profité de son entretien avec Le Parisien pour fustiger à mots couverts la déferlante d'articles, livres, films et téléfilms évoquant le couple qu'elle formait avec DSK : "En France, la presse est libre, ô combien, l'édition est libre, ô combien, le cinéma est libre, ô combien. Et moi je suis libre de mener ma vie comme je l'entends sans en rendre compte à quiconque."