Cet article date de plus de six ans.

Angoulême : face à la polémique, la mairie démonte les grilles anti-SDF

Le maire UMP d'Angoulême avait posé mercredi des grillages sur des bancs du centre-ville, afin d'empêcher des marginaux de s'y installer. Une mesure qui avait suscité l'indignation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des grillages ont été installés sur des bancs du centre-ville d'Angoulême (Charente), le 24 décembre 2014, pour empêcher des marginaux de s'y installer. (PIERRE DUFFOUR / AFP)

La mairie d'Angoulême (Charente) fait finalement marche arrière. Face à la polémique provoquée par son dispositif anti-SDF, jeudi 25 décembre, la municipalité a décidé de retirer les grillages qu'elle avait installés la veille sur des bancs du centre-ville, une mesure censée lutter contre la présence de marginaux. Selon Charente libre, les grilles ont été démontées "en catimini, en pleine nuit". Une décision qui ne serait toutefois que provisoire, selon le quotidien local.

Installés à la veille de Noël, ces grillages recouvrant entièrement plusieurs bancs publics ont surpris de nombreux habitants, et suscité des réactions très contrastées. La municipalité UMP explique avoir pris cette initiative en concertation avec les commerçants, car les bancs en question étaient "utilisés quasi-exclusivement par des personnes qui se livrent à une alcoolisation récurrente, tous les jours".

"Une indignité locale"

"Nous tenons compte aussi des doléances des passants, des riverains", justifie Jean Guiton, adjoint chargé de la sécurité. Et l'élu de préciser que la mesure s'inscrit dans un dispositif "global", comprenant de la vidéosurveillance, un renfort de la police municipale, mais aussi une médiation sociale auprès de SDF.

Reste que les bancs "encagés" ont suscité un flux de réactions sur les réseaux sociaux, ou sur le site de Charente libre, qui a révélé l'information, certains internautes applaudissant, d'autres dénonçant une "indignité locale" en période de Noël, d'autres, enfin, soulignant qu'incivilités, bagarres, mendicité agressive "empoisonnent le Champ de Mars depuis des années", mais que ces "horribles grillages" ne sont peut-être pas la solution.

FRANCE 3

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.