Cet article date de plus d'onze ans.

Affrontements à Nouméa

Des affrontements ont opposé vendredi à Nouméa policiers et membres du syndicat USTKE (indépendantistes)
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des membres de l'Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités manifestent le 28 juillet 2009 à Nouméa. (© AFP/CAROLINE IDOUX)
Des affrontements ont opposé vendredi à Nouméa policiers et membres du syndicat USTKE (indépendantistes)Des affrontements ont opposé vendredi à Nouméa policiers et membres du syndicat USTKE (indépendantistes)

Un policier, 3 gendarmes et 2 pompiers ont été blessés. Ces heurts surviennent en marge du somment France-Océanie en présence de M.Kouchner et Mme Penchard.

L'USTKE (indépendantiste) multiplie les actions pour protester contre l'incarcération fin juin de son président, Gérard Jodar, et de 5 adhérents après un coup de force à l'aérodrome domestique.

Les syndicalistes, environ une centaine, ont été rejoints par des jeunes des cités avoisinantes. La centrale syndicale, proche de l'extrême gauche et de la CGT, a justifié son action par l'enlisement d'un conflit à la compagnie Aircal et par "la criminalisation de l'action syndicale".

Vendredi, à la périphérie de Nouméa, les manifestants ont bloqué plusieurs entreprises dans les zones industrielles de Ducos et de Numbo et dressé des barrages, parfois enflammés, sur les routes. Les employés d'une société de poutres métalliques, appartenant au président du Medef local, ont en outre été brièvement séquestrés par des manifestants, qui ont incendié le portail d'accès.

Environ 250 gendarmes et policiers sont intervenus, tirant des grenades lacrymogènes, auxquels ont répondu des jets de pierre et de billes d'acier.

A voir aussi: Le site de RFO

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.