Cet article date de plus de neuf ans.

2012, mauvaises vendanges mais bon millésime

Avec 42,5 millions d'hectolitres, la récolte sera la plus mauvaise depuis 1991. Mais la qualité sera au rendez-vous.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des vendangeurs en pleine action à Rivesaltes, dans les Pyrénées-Orientales, le 9 août 2012. (RAYMOND ROIG / AFP)

AGRICULTURE - 2012 risque d'être une année difficile pour les viticulteurs qui débutent les vendanges en cette fin d'été. Les conditions climatiques défavorables des précédents mois laissent présager une récolte "exceptionnellement basse", comme l'a annoncé jeudi 30 août Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture. Avec 42,5 millions d'hectolitres prévus cette année, la récolte viticole devrait atteindre son plus bas niveau depuis 1991. En comparaison, l'année précédente, 51 millions d'hectolitres avaient été récoltés. "Cette situation est globalement constatée au niveau mondial", a précisé le ministre.

Présents au point presse, les représentants du secteur, à l'issue de la réunion avec le ministre, se sont dit "inquiets". Ils pointent du doigt "les conditions climatiques de ces derniers mois (qui) n'ont pas épargné les vignes, dont certaines ont été détruites par le gel et la grêle". Mais côté qualité, 2012 devrait toutefois être un millésime "qui s'annonce prometteur", ont-ils estimé.

Cette réunion des producteurs a également permis à Stéphane Le Foll de souligner "le dynamisme" de la filière, avec une progression des exportations en 2011, "en valeur et en volume : plus de 7 milliards d'euros en valeur et 14 millions d'hectolitres en volume". Le chiffre d'affaires pour l'export des vins et eaux de vie équivaut "à la vente de 154 Airbus", a souligné le ministre de l'Agriculture.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.