Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Après la crise grecque, Hollande veut "un gouvernement économique européen"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
hollande2
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Le président français a estimé, lors de son traditionnel entretien du 14-Juillet, que la Grèce n'avait pas été "humiliée" par l'accord obtenu à Bruxelles sur sa dette.

La crise de la dette grecque et ses répercussions au sein de la zone euro se sont invitées à la traditionnelle interview présidentielle du 14-Juillet. Après l'accord laborieusement trouvé par les dirigeants de la zone euro pour aider la Grèce en échange de lourdes mesures d'austérité, François Hollande a souhaité "qu'il y ait un gouvernement économique européen", et que la France en soit à l'initiative pour endiguer les crises successives dans l'Union européenne.

La Grèce n'a pas été "humiliée"

François Hollande a estimé mardi que la Grèce n'avait pas été "humiliée" par l'accord obtenu à Bruxelles. "Je n'accepte pas qu'un peuple puisse être humilié", a-t-il souligné. "L'humiliation, c'eût été de la chasser de la zone euro", a-t-il ajouté, avant de préciser : "L'Europe est faite pour que chaque nation puisse être plus forte."

François Hollande a estimé qu'"il n'y aurait pas eu d'accord" "sans le couple franco-allemand". Le chef de l'Etat a ajouté que la chancelière allemande, Angela Merkel, "avait des raisons d'être méfiante", mais "avait été au rendez-vous de l'Europe".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 14-Juillet

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.