Les mortiers d'artifice interdits pour le 14-Juillet, selon un décret paru au "Journal officiel"

Cette interdiction ne s'applique toutefois ni aux professionnels habilités, ni aux communes qui organisent des feux d'artifice pour la fête nationale.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un feu d'artifice durant la nuit de la Saint-Sylvestre, à Nantes, le 1er janvier 2023. (ESTELLE RUIZ / HANS LUCAS / AFP)

Haro sur les feux d'artifice. "La vente, le port, le transport et l'utilisation" des mortiers d'artifice, très prisés par les émeutiers lors des récentes révoltes, sont interdits pendant le week-end du 14-Juillet, selon un décret paru dimanche 9 juillet au Journal officiel. Cette mesure sera en vigueur jusqu'au 15 juillet, sur l'ensemble du territoire national. Cette interdiction ne s'applique toutefois ni aux professionnels habilités, ni aux communes qui organisent des feux d'artifice pour la fête nationale.

Après les révoltes qui ont suivi la mort de Nahel, 17 ans, tué par un policier lors d'un contrôle routier, le gouvernement craint un nouvel embrasement dans les cités pour le 14-Juillet. Elisabeth Borne a annoncé que des moyens sécuritaires "massifs" seraient déployés pour l'occasion. Les saisies de mortiers d'artifice se sont multipliées ces derniers jours.

Ces feux d'artifice, en vente libre, sont détournés de leur usage depuis plusieurs années et utilisés à des fins illégales, notamment dans le cadre d'attaques dirigées contre les forces de l'ordre, les bâtiments, des véhicules ou bien même contre d'autres groupes criminels, selon une note récente de la direction générale des douanes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.