Cinéma : "A Beautiful Day" de Lynne Ramsay, la violence hors-champ

Deux fois récompensé à Cannes cette année, le dernier film de la réalisatrice écossaise sort en salle ce mercredi 8 novembre 2017.

Ekaterina Samsonov et Joaquin Phoenix dans A beautiful day
Ekaterina Samsonov et Joaquin Phoenix dans A beautiful day (Copyright SND)

Dans A Beautiful Day, au cinéma le 8 novembre 2017, l'Écossaise Lynne Ramsay retrouve ses thèmes favoris : les enfances massacrées et la violence qu'elle ne montre pas.

Elle est arrivée à Cannes la veille du palmarès et en est repartie les mains pleines. Et notamment le prix d'interprétation pour Joachim Phoenix : grossi, barbu, impeccable dans le rôle d'un vétéran des guerres du Moyen-Orient, tueur à gages, qui se reconvertit en sauveur de petite fille prise dans les griffes d'un réseau pédophile pour politiciens verreux. 

C'est terriblement efficace : plein de clins d'oeil à Taxi Driver, Tarantino, David Lynch... Pas sûr, pour autant, que le prix du scénario était mérité, tellement ce film a un côté exercice de style. Mais Lynne Ramsay a cette élégance, ce talent, de mettre la violence hors-champ : "On voit les choses a posteriori, donc avec de la distance, dit-elle, et j'ai beaucoup pensé à cela en faisant le film. J'ai tout fait pour éviter les clichés en représentant la violence."

J'ai pensé à quelque chose de plus puissant que la violence "glamourisée"Lynne Ramsayà franceinfo

On ne résiste pas non plus à la rencontre digne d'un conte entre la petite fille et la brute épaisse, deux enfances brisées et la promesse d'une belle journée... Quand le justicier a fini son boulot.