"Nous avons vécu une histoire de fou", raconte Guy, l'homme pris pour Xavier Dupont de Ligonnès en Ecosse

Dans une interview accordée à M6 et diffusée vendredi, l'homme est revenu sur la terrible méprise qui a conduit à sa brève arrestation en octobre.

Des médias devant le domicile du Guy J, le 12 octobre 2019 à Limay (Yvelines).
Des médias devant le domicile du Guy J, le 12 octobre 2019 à Limay (Yvelines). (THOMAS SAMSON / AFP)

Il sort de son silence, a minima. Dans un court entretien accordé à M6, Guy J., l'homme arrêté par la police écossaise parce qu'elle croyait qu'il s'agissait de Xavier Dupont de Ligonnès, est revenu, vendredi 6 décembre, sur cette incroyable méprise. "Nous avons vécu une histoire de fou ou plutôt nous vivons une histoire de fou. Nous ne pouvons pas faire le deuil de cette affaire", a-t-il déclaré.

Le retraité, qui partage son temps entre Limay (Yvelines) et l'Ecosse, s'est également plaint des dégâts provoqués par la perquisition de son pavillon. "J'ai envoyé un courrier le 1er novembre à la ministre de la Justice, pour que l'on me rembourse une porte qui a été détériorée lors de la perquisition à mon domicile. Je n'ai toujours pas reçu de réponse. On nous manque de respect dans cette histoire", a-t-il déclaré.

Une enquête IGPN ouverte

Le 11 octobre, plusieurs médias, dont franceinfo, avaient annoncé par erreur l'arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès en Ecosse, sur la base d'informations de la police écossaise relayées par la police française. Ce fiasco a déclenché l'ouverture d'une enquête IGPN pour identifier la source de ces fuites policières.

Xavier Dupont de Ligonnès, qui a disparu depuis un quintuple meurtre à Nantes, est activement recherché. Il a été aperçu pour la dernière fois en avril 2011 : le 14 avril, il a été filmé par la caméra d'un distributeur de billets, et, le 15, il a quitté à pied un hôtel de Roquebrune-sur-Argens (Var) avec, sur le dos, un étui pouvant contenir une carabine.