Méprise dans l'affaire Dupont de Ligonnès : une enquête préliminaire ouverte à Nantes pour identifier d'éventuelles fuites sur l'arrestation d'un homme en Écosse

L'IGPN a été saisie, alors qu'un retraité avait été arrêté par erreur à l'aéroport de Glasgow.

Pierre Sennès, procureur de la République de Nantes (Loire-Atlantique), le 13 mars 2019.
Pierre Sennès, procureur de la République de Nantes (Loire-Atlantique), le 13 mars 2019. (PASCALE BOUCHERIE / RADIO FRANCE)

Dans l'affaire Xavier Dupont de Ligonnès, Pierre Sennès, le procureur de la République de Nantes, a ouvert une enquête préliminaire pour "violation du secret de l'instruction", a appris franceinfo jeudi 17 octobre auprès du parquet de Nantes, confirmant une information du Figaro. L'IGPN, l'Inspection générale de la police nationale, a été saisie.

L'enquête vise à déterminer l'origine d'éventuelles fuites dans cette affaire. Vendredi 11 octobre, plusieurs sources policières avaient annoncé l'arrestation à Glasgow, en Écosse, de Xavier Dupont de Ligonnès, l'homme accusé du meurtre de sa femme et de ses quatre enfants à Nantes.

Selon les informations de la police écossaise relayées par la police française, les empreintes de l'homme interpellé correspondaient à celles de Xavier Dupont de Ligonnès. Mais un test ADN a ensuite montré samedi qu'il ne s'agissait pas de la même personne. L'homme interpellé a été libéré, après 24 heures de garde à vue. Depuis, les polices française et écossaise se renvoient la responsabilité de la méprise.