Violences à Dijon : une neuvième personne mise en examen

Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur sont attendus vendredi 10 juillet, dans le quartier des Grésilles, touché à la mi-juin par de violents affrontements entre membres des communautés tchétchène et maghrébine.

Le quartier des Grésilles à Dijon, après des violences entre communautés tchétchènes et maghrébines, le 15 juin 2020.
Le quartier des Grésilles à Dijon, après des violences entre communautés tchétchènes et maghrébines, le 15 juin 2020. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Un jeune homme de 25 ans a été mis en examen vendredi 10 juillet pour "violences en réunion et en récidive", dans le cadre de l'enquête sur les violences qui ont touché le quartier des Grésilles à Dijon lors des nuits des vendredi 12, samedi 13 et dimanche 14 juin, annonce le procureur de la république de Dijon dans un communiqué. Cela porte à neuf le nombre de mises en examen dans cette affaire.

Jeudi 9 juillet, dans la soirée deux hommes avaient été mise en examen et placés en détention provisoire pour "violences en réunion". L'un est un Dijonnais de 32 ans, déjà condamné et par ailleurs sous contrôle judiciaire dans le cadre de deux autres dossiers. Le deuxième est un habitant de Quetigny, âgé de 27 ans, déjà condamné et lui aussi sous contrôle judiciaire dans le cadre d'un autre dossier. Ces trois personnes mises en examen, le jeune-homme de 25 ans, et ceux de 32 et 27 ans font partie des six personnes placées en garde à vue entre les 7 et 9 juillet pour "violences aggravées". Les trois autres ont été libérées.

Jean Castex et Gérald Darmanin à Dijon 

Six personnes avaient déjà été mises en examen entre le 20 juin et le 3 juillet. Trois ont été placées sous contrôle judiciaire, et trois autres ont été placées en détention. Deux autres personnes ont été remises en liberté, "car il n'existait pas de charges suffisantes pour pouvoir les mettre en examen", précise le parquet de Dijon. Il reste actuellement deux personnes en garde à vue. Six personnes avaient déjà été mises en examen entre le 20 juin et le 3 juillet. Trois ont été placées sous contrôle judiciaire, et trois autres ont été placées en détention.

Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, se sont rendus vendredi 10 juillet, dans la matinée, à Dijon, dans le quartier des Grésilles, touché à la mi-juin par ces violents affrontements entre membres des communautés tchétchène et maghrébine.