Soupçons de viol au quai des Orfèvres : la défense des policiers

Deux policiers du 36 quai des Orfèvres étaient accusés de viol par une touriste canadienne en 2014. Ils sont renvoyés aux assises et seront jugés au printemps prochain. Quelle est leur ligne de défense ? Réponse avec la journaliste Nathalie Pérez sur le plateau de France 3.

FRANCE 3

"Depuis plus de trois ans, ces deux anciens policiers de la BRI clament leur innocence", rappelle la journaliste Nathalie Pérez sur le plateau de France 3. "J'ai pu joindre leur avocat cet après-midi, et selon eux, le premier policier, qui avait d'abord fermement nié tout rapport physique avec la jeune femme a ensuite reconnu des attouchements réciproques".

Malaise dans la police

"Quant au deuxième policier, lui, il a depuis le début gardé la même version des faits : il a affirmé qu'il avait eu des rapports sexuels consentis.", poursuit la journaliste. Comment l'institution policière gère-t-elle ce dossier sensible ? "À l'époque, cela avait créé un véritable malaise dans la police, et en particulier au sein de la très prestigieuse Brigade de recherche et d'intervention, la BRI, où travaillaient les deux fonctionnaires. Ce mardi 28 novembre au soir, les avocats nous ont également confirmé que les deux policiers ont pu réintégrer un service de police judiciaire. Évidemment, ce n'est pas la BRI, mais ils ont pu reprendre leur travail en attendant leur procès aux assises, car rappelons que jusqu'ici, ils sont toujours présumés innocents."

Le JT
Les autres sujets du JT
(MARTIN BUREAU / AFP)