DOCUMENT FRANCE 3. "Ils m'ont plaqué le visage contre le bureau" : la touriste qui accuse des policiers de l'avoir violée au 36, quai des Orfèvres témoigne

Deux policiers de la BRI ont été renvoyés, jeudi 23 novembre, devant les assises pour être jugés pour "viols en réunion".

"Ils m'ont plaqué violemment le visage contre le bureau. Ça m'a assommée, j'ai vu des étoiles" : trois ans après les faits, Emily Sponton, la touriste canadienne qui accuse deux policiers de l'avoir violée dans les locaux de la police judiciaire parisienne, le 22 avril 2014, a livré son témoignage à France 3.

"Ils ont totalement changé d'attitude"

Elle avait rencontré des policiers dans un bar en face du 36, Quai des Orfèvres, et ceux-ci l'avaient invitée à visiter les célèbres locaux de la police judiciaire. Mais "ils ont totalement changé d'attitude quand j'ai refusé de faire ce qu'ils me demandaient", affirme la jeune femme. "J'avais trop peur que ça finisse encore plus mal, alors je me suis dit 'il faut que je fasse ce qu'ils veulent, sinon je ne m'en sortirai pas'". C'est une policière qui l'a retrouvée en larmes devant le bâtiment quelques heures plus tard. Elle présentait plusieurs ecchymoses et une lésion au niveau des parties génitales.

Jeudi, la chambre de l'instruction a ordonné que deux fonctionnaires de la prestigieuse Brigade de recherche et d'intervention (BRI), âgés de 39 et 48 ans, soient jugés pour "viols en réunion".

Le JT
Les autres sujets du JT
La devanture de l\'ancien siège de la police judiciaire parisienne, le 36, quai des Orfèvres, le 6 août 2014.
La devanture de l'ancien siège de la police judiciaire parisienne, le 36, quai des Orfèvres, le 6 août 2014. (BERTRAND GUAY / AFP)