Beaumont-sur-Oise : Adama Traoré souffrait d'une "infection très grave" et ne portait pas de traces de violence "significatives", selon l'autopsie

Selon le parquet, ce jeune homme de 24 ans a succombé à un arrêt cardiaque, mardi, après son interpellation par des gendarmes. La famille conteste cette version.

La gendarmerie de Persan (Val-d\'Oise), photographiée le 20 juillet 2016, où était transféré un jeune de la ville voisine de Beaumont-sur-Oise mort d\'un arrêt cardiaque.
La gendarmerie de Persan (Val-d'Oise), photographiée le 20 juillet 2016, où était transféré un jeune de la ville voisine de Beaumont-sur-Oise mort d'un arrêt cardiaque. (MAXPPP)

La mort d'un jeune homme de 24 ans, Adama Traoré, après son interpellation par les gendarmes, mardi 19 juillet, à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), a entraîné la colère de ses proches et deux nuits de violences dans la commune. L'autopsie du corps a rendu son verdict, jeudi : selon le procureur de la République de Pontoise, le jeune homme souffrait d'une "infection très grave (...) touchant plusieurs organes" et ne portait pas de "traces de violences significatives". Des "égratignures" ont été constatées "mais rien de significatif".

La cause de la mort d'Adama Traoré "semble être médicale", a poursuivi le procureur. Le jeune homme, que ses proches décrivent comme sportif et en bonne santé, était "manifestement en hyperthermie au moment où il a été examiné par services de secours". Des examens complémentaires, notamment bactériologiques et toxicologiques, seront ordonnés pour avoir un "panel d'examens absolument complet", selon le procureur.

Un malaise lors de son transfert vers la gendarmerie

Adama Traoré a été interpellé par les gendarmes, mardi en fin d'après-midi, alors qu'il tentait de s'interposer à l'arrestation de son frère, suspecté dans une affaire d'extorsion de fonds. Mercredi, le procureur a expliqué qu'il avait succombé à un malaise lors de son transfert vers la gendarmerie et que les pompiers n'avaient pas réussi à le ranimer.

"Ils l'ont coursé et ils l'ont frappé", a expliqué de son côté le frère du jeune homme, lui aussi interpellé. "Il a été assassiné", estimait une de ses sœurs citée par BFMTV. Des incidents ont éclaté dans les nuits de mardi à mercredi et de mercredi à jeudi, entraînant au total une dizaine d'interpellations.

Le Défenseur des droits se saisit de l'affaire

Mercredi dans la journée, des proches d'Adama Traoré s'étaient réunis à la mairie de Persan, la commune voisine, puis devant la gendarmerie, pour demander à voir le corps du jeune homme. Selon Buzzfeed, la famille a pu le faire jeudi, après l'autopsie pratiquée la veille.

Jeudi, le Défenseur des droits a annoncé qu'il allait enquêter sur les circonstances du décès et a lancé "un appel solennel au calme". Une information judiciaire avait déjà été ouverte et une enquête "sur les circonstances du décès" doit être menée conjointement par la Section de recherches et l'inspection générale de la gendarmerie.