Cet article date de plus de neuf ans.

Un policier se suicide au tribunal de Lyon

Un policier d'une quarantaine d'années a été retrouvé mort mardi matin dans le palais de justice de Lyon. L'homme s'est suicidé dans la nuit avec son arme de service. Ce suicide intervient quelques heures avant une journée de mobilisation des policiers pour la défense des salaires et de meilleures conditions de travail.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Le policier, âgé de 48 ans, est un brigadier-major
qui, à la fin de son service lundi soir, après avoir fermé les portes du tribunal
de grande instance de Lyon, s'est rendu dans le dépôt. C'est là -où
passent et patientent les prévenus- que le policier travaillait et c'est là
qu'il s'est donné la mort, avec son arme de service. C'est ce qu'explique
l'UNSA police, le syndicat auquel ce major adhérait.

Selon le syndicat, l'homme n'aurait pas
laissé d'indices pour expliquer son geste. Il parlait toutefois beaucoup de ses
problèmes. Il avait déjà fait une dépression nerveuse et ce serait d'ailleurs
la raison pour laquelle il a changé de poste il y a quelques mois pour venir
travailler au tribunal.

"Cette dépression n'était pas
entièrement liée à son travail, c'est une somme de choses"
, reconnaît-t-on à l'UNSA. Ce suicide arrive quelques
heures seulement avant une journée de mobilisation de certains policiers. Un
autre syndicat, Unité-SGP-Police, organise en effet des rassemblements à Paris
et en province pour la défense des salaires et de meilleures conditions de
travail. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.