Un parent d'élève frappe au sol un enseignant d'école primaire à La Rochelle

L'homme de 42 ans a été placé en garde à vue pour "outrage aggravé", "violences aggravées" et "intrusion aggravée dans un établissement scolaire", après avoir agressé physiquement un enseignant jeudi à l'école primaire Jean-Bart de La Rochelle.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'agression a eu lieu en fin de journée, quand le beau-père de l'élève est venu chercher ce dernier (image d'illustration). (MICHEL CLEMENTZ / MAXPPP)

Un enseignant de l'école primaire Jean-Bart de La Rochelle (Charente-Maritime) a été agressé physiquement par un parent d'élève jeudi 20 juin, rapporte ce vendredi France Bleu La Rochelle.

Selon Arnaud Lazaire, procureur de la République de La Rochelle, le beau-fils de l'agresseur, un homme de 42 ans, avait perturbé plus tôt dans la journée la chorale de l'école et avait été puni par une enseignante. C'est lorsque la mère et le beau-père de l'enfant sont venus le chercher que la situation s'est envenimée.

Le suspect encourt jusqu'à sept ans de prison

Mécontents de la situation, les parents ont "forcé" l’entrée en exigeant de voir le directeur. C'est dans le bureau de ce dernier que le beau-père s'en est pris verbalement à différents enseignants avant d'en pousser un au sol et de lui donner deux coups de pied. Le directeur s'est alors interposé pour sortir l'agresseur de l'établissement, puis a appelé la police de La Rochelle, qui a interpellé le parent d'élève.

L'homme de 42 ans a été placé en garde à vue pour "outrage aggravé", "violences aggravées" et "intrusion aggravée dans un établissement scolaire". Il risque jusqu'à sept ans d’emprisonnement, mais conteste pour l’instant les faits.

Sa garde à vue a été prolongée dans la soirée de vendredi. "Les incapacités totales de travail oscillent entre 0 et 8 jours (choc psychologique)" pour les enseignants sur place, précise le procureur. L'instituteur frappé au sol "va bien physiquement, mais il est profondément choqué", détaille Martine Madelaine, adjointe à l’enfance, à la jeunesse et aux affaires périscolaires de la ville de La Rochelle, qui s'est rendue sur place au lendemain de l'agression.

La police municipale a été déployée autour de l'établissement vendredi. Elle restera en surveillance jusqu'à la fin de l'année scolaire, prévue dans deux semaines, pour assurer la sécurité du groupe scolaire Jean-Bart.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.