Cet article date de plus de neuf ans.

Un jeune homme tué dans un règlement de comptes à Marseille

Un jeune homme d'une vingtaine d'années a été tué mercredi en milieu de journée dans une cité des quartiers Nord de Marseille. Il a été abattu d'une décharge, au moins, de fusil de chasse. Il s'agit de la première victime de règlement de comptes à Marseille depuis le début de l'année.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

La ville de Marseille est une nouvelle fois théâtre d'un règlement de comptes sanglant, pour la première fois depuis le début de l'année.

Cette fois, c'est un jeune homme de 23 ans qui a été touché par une décharge, au moins, de fusil de chasse en plein visage, le même mode opératoire qui avait coûté la vie à un homme le 23 novembre dernier, toujours dans les quartiers Nord de la ville.

Un assassinat "certainement prémédité"

La victime se trouvait en haut d'une volée d'escaliers située dans la cité des Oliviers, dans le 13e arrondissement. Son ou ses agresseurs ont pu prendre la fuite à pieds, après être arrivés en scooter. Selon le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest qui s'est rendu sur les lieux, "manifestement, il était attendu par un ou plusieurs tireurs. Cela semble être organisé, certainement prémédité" .

La jeune victime était connue de la police pour trafic de stupéfiants, et bénéficiait d'une mesure de semi-liberté depuis sa sortie de prison le 6 février dernier, après une condamnation de quatre ans pour trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs.

L'année dernière, 24 personnes avaient été victimes de règlements de comptes dans la région de Marseille. En octobre dernier, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'était déplacé pour annoncer le renfort de 165 policiers.

Arrivé sur les lieux de la fusillade dans l'après-midi, le nouveau préfet de police Jean-Paul Bonnetain - installé en septembre dernier - a déclaré : "On était dans une séquence qui était positive, avec beaucoup de saisies de produits, d'armes, mais on sait très bien que tout cela est fragile, les services le savent" .

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.