Cet article date de plus d'un an.

Un CRS s'est suicidé avec son arme de service dans le Puy-de-Dôme

Il était âgé de 56 ans, marié et père de deux enfants. Il n'a pas fourni d'explication à son geste.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran de Google maps pointant la ville de Châtel-Guyon (Puy-de-Dôme), près de Riom, où un CRS s'est suicidé, le 10 mars 2020. (GOOGLE MAPS)

Un CRS de 56 ans s'est suicidé avec son arme de service sur son lieu de travail à Châtel-Guyon, près de Riom (Puy-de-Dôme) sans fournir d'explication à son geste, a annoncé la police, mercredi 11 mars. La veille, en fin de journée, l'épouse de ce CRS, inquiète de ne pas le voir rentrer du travail, avait contacté le commissariat de Clermont-Ferrand, a précisé à l'AFP une porte-parole de la police.

Les policiers de Riom (Puy-de-Dôme) se sont alors rendus vers 21 heures dans les locaux de la CRS (Compagnie républicaine de sécurité) 48 de Châtel-Guyon où travaillait ce major. Ils ont découvert son corps sans vie dans le garage de l'unité.

"Il n'a laissé aucun message, et il n'y avait aucun signe avant-coureur, c'était quelqu'un de discret sur sa vie personnelle", a expliqué à l'AFP Frédéric Poisson, délégué syndical de l'Unité SGP Police FO.

"Un très bon formateur"

Cet homme chargé de formation, qui était marié et père de deux enfants, avait effectué plusieurs missions en Centrafrique pour l'ONU. "C'était un très bon formateur, très pédagogue. Hier [mardi], il avait travaillé normalement et même préparé une intervention qu'il devait effectuer prochainement devant des scolaires", a ajouté le délégué syndical.

"Nous sommes abasourdis, l'ambiance est très lourde ce [mercredi] matin", a souligné le délégué syndical, précisant qu'une cellule psychologique avait été mise en place. La police du Puy-de-Dôme a dit dans un tweet s'associer "à la peine de sa famille et de l'ensemble de la compagnie de Châtel-Guyon".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.