Cet article date de plus de six ans.

Un cimetière vandalisé dans le Calvados

Dans un communiqué publié mardi soir, Bernard Cazeneuve annonce qu'un cimetière a été profané à Tracy-sur-Mer dans le Calvados. "Plusieurs dizaines de crucifix ont été déplacés".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Bernard CAZENEUVE, ministre de l'Intérieur, lors d'une cérémonie au cimetière juif de Sarre-Union © Maxppp)

Nouvel acte de vandalisme dans un cimetière. Trois jours après la profanation du cimetière juif de Sarre-Union dans le Bas-Rhin, un autre cimetière a été dégradé dans le Calvados. Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur a annoncé dans un communiqué mardi soir que des "dégradations " avaient été commises dans le cimetière de la commune de Tracy-sur-Mer.  "Plusieurs dizaines de crucifix ont été déplacés, certains d'entre eux retournés et plantés dans le sol ", a affirmé le ministre. Il a fait part de son "indignation ". Dans un tweet, le Premier ministre Manuel Valls a, lui, réagi en parlant d'un "sentiment de dégoût ".

C'est la gendarmerie de cette commune de 350 habitants qui a constaté les dégâts mardi soir. "Tout sera mis en oeuvre pour identifier, interpeller et déférer à la justice les auteurs de ces actes révoltants qui bafouent nos valeurs et le respect qui scellent notre vivre ensemble ", a indiqué le ministre. L'enquête a été confiée à la brigade de recherches de Bayeux "les techniciens en identification criminelle du groupement de Gendarmerie du Calvados procéderont aux constatations dès demain matin ", a expliqué Bernard Cazeneuve.

A LIRE AUSSI ►►►  François Hollande : "Profaner, c'est souiller la République"

Cette annonce intervient alors qu'une cérémonie a eu lieu dans la matinée à Sarre-Union. "La justice dira ce qui relève de l'inconscience, de l'ignorance ou de l'intolérance. Mais le mal est déjà fait " avait dit François Hollande alors que cinq jeunes sont en garde à vue. Pour le président de la République "profaner, c'est souiller la République ".

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.