Trappes : une jeune fille voilée victime d'une agression islamophobe ?

Mardi, une jeune fille de 16 ans a déposé plainte au commissariat de la commune des Yvelines. Elle dit avoir été attaquée par deux hommes qui lui auraient arraché son voile. Le parquet a ouvert une enquête.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Après Argenteuil (Val d'Oise) en mai et en juin, c'est au tour de la ville de Trappes d'être le théâtre d'une nouvelle agression d'une femme voilée.

Lundi, peu avant 18 heures, une adolescente de 16 ans qui se dirigeait vers un arrêt de bus n'aurait pas remarqué la clio noire qui la suivait. Selon ce qu'elle a raconté au policier au moment de déposer sa plainte mardi matin, deux hommes - dont un au crâne rasé - seraient descendus du véhicule et l'auraient agressée alors qu'elle était au téléphone avec une amie.

La menaçant avec un cutter, ils lui auraient arraché son voile et porté des coups à l'épaule et au ventre, comme le raconte la journaliste de France Bleu 107.1 Marine Chailloux.

Griffures superficielles

Les agresseurs auraient finalement été mis en fuite par un jeune homme. Une amie de la jeune fille a ensuite prévenu les pompiers, et l'adolescente a été conduit à l'hôpital, raison pour laquelle elle n'a porté plainte que le lendemain de ces violences. Une source
policière a fait état de "griffures (...) très superficielles " sur le visage et
la gorge de la jeune fille, mais les résultats de l'examen médical ne sont pas
encore connus.

Au moment de déposer plainte, la jeune fille a également évoqué des insultes à caractère islamophobe. Le parquet a chargé la sûreté départementale des Yvelines de l'enquête.

Valls et Hamon réagissent



Dans un communiqué
, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a "condamné
avec sévérité cette nouvelle manifestation de haine et d'intolérance
anti-musulmane qui porte atteinte aux valeurs de la République et au principe
de liberté de conscience
".

Benoît Hamon, chargé de l'Economie sociale et solidaire et de la Consommation, et élu de la circonscription, a réagi dans un communiqué publié sur Facebook. Il a condamné "avec la plus grande fermeté ce nouvel acte raciste, visiblement
perpétré par des individus qui recherchent délibérément la provocation et
l'embrasement
".

"La stigmatisation systématique de l'islam, les
amalgames entre islam et terrorisme ainsi que la violence verbale ordinaire à
l'encontre des musulmans, permettent à certains de se sentir autorisés à
franchir le cap de la violence physique" (Benoît Hamon)

Dans ce communiqué également relayé sur Twitter, il rappelle "la
détermination du gouvernement à poursuivre tout auteur d'acte anti-musulman
".

Répétition d'actes islamophobes

De son côté, l'association militante du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) a dénoncé sur son site internet "une agression islamophobe, raciste et sexiste
(...) il y a clairement une volonté de la part des agresseurs de faire mal
physiquement et psychologiquement
".

Ces faits se produisent dans un contexte délicat. Trappes, située à 35 km à
l'ouest de Paris, a été le théâtre de violences urbaines et de vives tensions à
la mi-juillet
après le contrôle policier d'une femme entièrement voilée. Son mari avait été interpellé, ce qui avait donné lieu à plusieurs nuits d'échauffourées.