Sid-Ahmed Ghlam condamné à la perpétuité pour l'attentat avorté de Villejuif et l'assassinat d'une mère de famille en 2015

Ce verdict est conforme aux réquisitions du parquet général. La défense, elle, avait plaidé l'acquittement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une photo de Sid-Ahmed Ghlam en date du 20 avril 2015.  (AFP)

L'Algérien Sid-Ahmed Ghlam a été condamné, jeudi 5 novembre, à la réclusion criminelle à perpétuité pour l'attentat avorté contre une église de Villejuif (Val-de-Marne) et l'assassinat d'une jeune mère de famille en avril 2015. Il a été reconnu coupable de tous les chefs d'accusation, dont celui d'assassinat terroriste. Ce verdict, assorti d'une peine de sûreté de 22 ans et d'une interdiction définitive du territoire au terme de la peine, est conforme aux réquisitions du parquet général.

Durant son procès, l'accusé a confirmé un projet d'attentat contre une église au nom du groupe Etat islamique mais seulement pour "faire peur" aux fidèles. Audience après audience, il a nié avoir eu l'intention de massacrer des paroissiens et affirmé que c'est un complice, dont aucune trace n'a été retrouvée, qui avait tué "accidentellement" la jeune femme, Aurélie Châtelain.

"Je culpabiliserai toute ma vie"

Jeudi, pour la première fois, l'homme de 29 ans a exprimé des regrets sur son "parcours""Je culpabiliserai toute ma vie", a-t-il ajouté, sans reconnaître les faits. La défense avait plaidé son acquittement. 

Rabah Boukaouma, accusé d'avoir fourni des gilets pare-balles à Sid-Ahmed Ghlam, a écopé d'une peine de 30 ans de réclusion, avec une période de sûreté des deux tiers. Farid Brahami, qui a mis en liaison Rabah Boukaouma et le vendeur des gilets pare-balles, a été condamné à 25 ans de réclusion, dont une période de sûreté des deux tiers. Abdelkader Jalal, qui avait fourni les gilets et une voiture volée ayant servi de cache d'armes, a écopé de 15 ans de réclusion criminelle, dont une période de sûreté des deux tiers.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.