Saint-Étienne-du-Rouvray : le témoignage du père de l'un des assaillants

Une équipe de France 2 a recueilli le témoignage du père d'Abdel Malik Petitjean, cinq jours après l'attaque de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime).

France 2

Cinq jours après l'attentat de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), le père adoptif d'Abdel Malik Petitjean, l'un des assaillants, est sous le choc et n'y croit toujours pas. "Je n'arrive pas à réaliser encore. Pour moi, c'est un cauchemar", lance-t-il face à la caméra de France 2. Depuis son divorce, il le voyait rarement. La dernière fois remonte à trois ans. Ils s'étaient parlé au téléphone il y a quelques semaines et puis plus rien.

"Malik était tellement gentil"

Pour Franck Petitjean, la radicalisation du jeune homme est incompréhensible. "Je savais très bien qu'il allait à la mosquée à Aix-les-Bains parce qu'il m'envoyait des photos. Il me l'a dit, j'étais fier de lui parce qu'il fait le ramadan depuis tout jeune. C'était un vrai musulman, mais il est tombé sur des mauvaises fréquentations, qui lui ont monté la tête et lavé le cerveau", poursuit-il, avant d'ajouter : "Malik était tellement gentil, tellement poli, je ne sais pas, il a été endormi. Il s'est carrément trompé d'islam". Complètement désemparé, Franck Petitjean reconnait même que les policiers n'avaient d'autres choix que de neutraliser les deux terroristes. Aujourd'hui, c'est un homme brisé, qui depuis la confirmation par les enquêteurs de la mort de son fils ne trouve plus le sommeil.

Le JT
Les autres sujets du JT
Franck Petitjean, le père d\'Abdel Malik Petitjean, à Bordeaux, le 30 juillet 2016.
Franck Petitjean, le père d'Abdel Malik Petitjean, à Bordeaux, le 30 juillet 2016. (FRANCE 3 AQUITAINE)