Saint-Étienne-du-Rouvray : le point sur l'enquête

En direct du palais de justice de Paris, Frédéric Crotta fait le point sur l'enquête.

FRANCE 2

Cinq jours après l'attaque de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, l'enquête se poursuit avec de nouveaux éléments. "Le réfugié syrien qui avait été interpellé dans un centre d'accueil à Cusset dans l'Allier a été relâché. Aucune charge n'a été retenue contre lui", rapporte Frédéric Crotta, avant d'ajouter : "En revanche, le cousin d'Abdelmalik Petitjean, un certain Karim, âgé de 30 ans, qui s'était présenté spontanément aux policiers de Nancy, et bien, cet homme pourrait être présenté à un juge pour une mise en examen pour association de malfaiteurs".

En contact depuis le 22 juillet

Les enquêteurs pour leur part continuent d'investiguer, notamment sur l'application "Telegram", qui permet de communiquer d'une manière cryptée. "On le sait maintenant, les deux terroristes étaient en contact via cette messagerie le 22 juillet", poursuit le journaliste de France 2 avant d'ajouter : "Trois jours avant l'attentat, leurs deux téléphones étaient connectés au même endroit, à Saint-Étienne-du-Rouvray".

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme musulmane dépose des fleurs devant l\'église Saint-Etienne de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), en hommage au prètre tué à l\'arme blanche par des terroristes, vendredi 29 juillet.
Une femme musulmane dépose des fleurs devant l'église Saint-Etienne de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), en hommage au prètre tué à l'arme blanche par des terroristes, vendredi 29 juillet. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)