Cet article date de plus de cinq ans.

Qui étaient Jean-Baptiste et Jessica, les deux policiers tués à Magnanville ?

Un homme a tué lundi soir à l'arme blanche un commandant de police et sa compagne à Magnanville (Yvelines), lors d'une attaque revendiquée par l'Etat islamique. Voici ce que nous savons des victimes. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Photos diffusées par la Police nationale de Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, tués lundi 13 juin à Magnanville (Yvelines) par Larossi Aballa. (POLICE NATIONALE)

Un couple de policiers a été assassiné par un homme se revendiquant du groupe Etat islamique, dans la soirée du lundi 13 juin. Le tueur, abattu par le Raid, s'appelle Larossi Abballa. Ce Français de 25 ans était connu des services de renseignement pour des faits de radicalisation. 

>> Meurtre de deux policiers dans les Yvelines : les dernières informations dans notre direct 

L'assaillant a tué le policier de plusieurs coups de couteau, devant chez lui, avant de se retrancher au domicile de sa victime, dans un quartier pavillonnaire de Magnanville, dans les Yvelines. Après l'assaut, les policiers ont découvert dans la maison le corps de sa compagne, également fonctionnaire de police, et retrouvé le fils du couple, âgé de 3 ans, "choqué et indemne". Voici ce que l'on sait des deux victimes, dont la police nationale a diffusé les noms et portraits mardi après-midi.

"Un policier qui avait très bonne réputation"

Le policier, qui était en civil lorsqu'il a été attaqué, était âgé de 42 ans. Jean-Baptiste Salvaing était commandant de police, en poste aux Mureaux (Yvelines). Il y travaillait en tant que chef-adjoint des unités de police judiciaire, précise Le Parisien. Il a fait l'essentiel de sa carrière dans ce département et était en poste à Mantes-la-Jolie jusqu'en 2015. 

Au commissariat des Mureaux, où travaillent 150 fonctionnaires, le choc est rude. "C'est comme dans une famille, tout le monde se retrouve, tout le monde a besoin de se retrouver ensemble", explique une source au ministère de l'Intérieur à l'AFP. "C’était un policier très sympathique qui avait très bonne réputation", témoigne l'un de ses collègues dans Le Parisien. "Je crois qu'il avait deux enfants de deux lits différents. Tous les fonctionnaires des Yvelines sont très émus par ce drame qui les touche tous", dit-il. 

Jean-Baptiste Salvaing était originaire de Pézenas, une commune de l'Hérault, selon Midi libre. C'est au commissariat de Pézenas qu'il a effectué son premier stage. Une commune où son grand-père était dentiste, précise le quotidien régional. Après avoir reçu les premiers coups de couteau lundi soir, le policier a fait preuve de courage, révèle la note du service de nuit de la police des Yvelines sur le déroulé du double assassinat, dont Le Figaro a eu connaissance. "Il a tenu à alerter le voisinage du danger qu'il courait, en invitant les riverains à fuir et à prévenir ses collègues. Un comportement héroïque, comme en attestent les témoignages déjà recueillis par les enquêteurs", souligne le quotidien. 

"Tous les policiers redoutent que leur famille soit touchée"

La compagne de Jean-Baptiste Salvaing, tuée elle aussi lundi soir, était fonctionnaire de police au commissariat de Mantes-la-Jolie. Jessica Schneider, âgée de 36 ans, y exerçait le métier de secrétaire administrative.

"Il semble bien que Jean-Baptiste et Jessica aient été victimes de la barbarie qui gangrène le monde et qui a ciblé, une nouvelle fois, un des nôtres et sa famille. C'est ce qui pouvait arriver de pire pour tous les policiers qui redoutent que leur famille soit touchée à cause de leur profession", a déclaré Christophe Rouget, porte-parole du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure, sur France Info.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Policiers tués à Magnanville

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.