DIRECT. Policiers tués à Magnanville : "Un cap dans l'horreur a été franchi", estime Manuel Valls

Le Premier ministre a rendu hommage au couple de policiers été tué de plusieurs coups de couteau lundi, dans un quartier pavillonnaire de Magnanville. Leur assassin avait été condamné dans une affaire de filière jihadiste.

Le Premier minsitre Manuel Valls s\'exprime le 7 juin 2016 à l\'Assemblée nationale, à Paris.
Le Premier minsitre Manuel Valls s'exprime le 7 juin 2016 à l'Assemblée nationale, à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"Un cap dans l'horreur a été franchi". Invité à s'exprimer lors de l'ouverture de la séance de questions au gouvernement, mardi 14 juin, Manuel Valls a rendu hommage au couple de policiers assassiné la veille par Larossi Abballa dans un pavillon de Magnanville. Trois personnes ont en outre été placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur cette attaque. Il s'agit de "relations" du tueur, selon une source policière. Suivez la situation en direct.

Une "liste de cibles" retrouvée. Une "liste de cibles" comprenant des noms de personnalités publiques, de policiers, de rappeurs ou de journalistes a été retrouvée par les enquêteurs dans le pavillon de Magnanville où Larossi Abballa a assassiné deux policiers, a indiqué le procureur de la République de Paris François Molins lors d'une conférence de presse.

Le tueur était connu des services de renseignement. Larossi Abballa, un Français de 25 ans, avait été condamné en 2013 à trois ans de prison dont six mois avec sursis pour avoir participé à une filière d'acheminement de jihadistes vers le Pakistan. Il était également connu de la justice pour des actes de délinquance, ont précisé des sources policière et judiciaire à Reuters.

Il a été abattu par le Raid. Le policier de 42 ans a été poignardé devant son domicile de Magnanville, lundi vers 21 heures. Le forcené s'est alors retranché dans la maison de sa victime, jusqu'à l'assaut du Raid, qui l'a abattu. Les forces de l'ordre ont découvert le corps de la compagne du policier et ont sauvé leur fils de 3 ans.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MAGNANVILLE

23h55 : Il était important de donner un visage à Jean-Baptiste et Jessica, victimes innocentes d'un terroriste barbare. Je pense avec une tristesse infinie à leur petit garçon désormais orphelin et à les familles meurtries à tout jamais. .

23h55 : Dans les commentaires,rend hommage à Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, le couple de policiers tué hier soir par un homme se réclamant du groupe Etat islamique. Voici ce que nous savons de ces deux victimes.



(POLICE NATIONALE)

23h19 : Bonsoir @anonyme, le couple de policiers tués hier à Magnanville (Yvelines) avait un enfant en commun, un garçonnet de trois ans retrouvé indemne sur les lieux du meurtre. Par ailleurs, l'homme avait également eu un enfant d'une autre union. Les deux seront reconnus pupilles de la nation.

23h19 : La il est dit que le couple avait deux enfants????et on ne parle dans les infos ne parlent que du petit garçon de 3ans?????

22h25 : "Nous aurons la mobilisation maximale à l'égard de ce que peut être la menace terroriste. Nous l'avons eue depuis plusieurs mois."

François Hollande assure avoir "que des moyens supplémentaires puissent être déployés" après l'assassinat d'un couple de policiers dans les Yvelines. Le président de la République indique par ailleurs indiqué que les deux enfants des deux victimes seraient fait "pupilles de la Nation".

21h45 : La France a été à nouveau frappée par une attaque jihadiste avec l'assassinat, hier soir, de deux policiers dans les Yvelines, revendiqué par un homme qui a prêté allégeance à l'Etat islamique. Je vous fait le récit de ce guet-apens.

20h37 : "C'est le contraire de ce qu'est la République française, c'est la porte ouverte à l'arbitraire et ça n'aurait qu'une efficacité très limitée."

Sur France 2, Bernard Cazeneuve répond au député Les Républicains Eric Ciotti, qui réclame le placement en centres de rétention administrative des individus fichés "S". Le ministre de l'Intérieur invite à éviter toute "démagogie".



(FRANCE 2)

20h38 : "[Les] écoutes judiciaires n'ont absolument rien révélé. On est dans un état de droit (...) on ne peut pas procéder, sans preuve, à l'incarcération d'un individu qui n'a commis aucun acte, aucun délit."

En février 2016, le nom de l'auteur de l'assassinat des deux policiers, Larossi Abballa, est réapparu dans une enquête judiciaire sur un homme parti en Syrie. Il avait alors été placé sur écoutes judiciaires, mais Bernard Cazeneuve rappelle que celles-ci avaient été infructueuses.

20h23 : "L'hypothèse la plus probable, c'est qu'il a agi seul."

Sur France 2, Bernard Cazeneuve revient sur le profil du meurtrier des deux policiers, tués dans leur domicile de Magnanville (Yvelines).

20h28 : "Cet après-midi, dans les rues de Paris où il y avait des hordes de manifestants violents, nous avons vu des gens crier : 'Un policer, une balle', 'Policiers, la France vous hait'. (...) Tout cela n'a que trop duré."

Après l'assassinat de deux policiers dans les Yvelines, Bernard Cazeneuve fait part de son "indignation" face aux propos tenus à l'encontre des forces de l'ordre "ces dernières semaines". Le ministre de l'Intérieur évoque notamment les débordements en marge des manifestations contre la loi Travail, le fait de "sauvageons" selon lui.

20h29 : Invité du journal de France 2, Bernard Cazeneuve rend hommage aux deux policiers tués, hier, dans les Yvelines. "Des fonctionnaires admirables, courageux, qui avaient une relation de confiance forte avec leurs collègues", affirme le ministre de l'Intérieur.

20h00 : Les policiers pouvaient déjà porter leur arme en dehors de leur service dans le cadre de l'état d'urgence, décrété après les attentats du 13 novembre. En cas d'utilisation, le policier doit toutefois porter un brassard "police", comme nous vous l'expliquions dans cet article.

20h02 : Le port d'arme restera autorisé hors service pour les policiers après l'état d'urgence, annoncent des syndicats policiers à l'AFP, dans la foulée de l'assassinat de deux de leurs collègues dans les Yvelines.

19h40 : Après l'assassinat d'un couple de policiers, revendiqué par le groupe Etat islamique, j'ai demandé à Louis Caprioli, ancien patron de la lutte anti-terroriste, de nous livrer son analyse. "Le terrorisme jihadiste ne disparaîtra pas brutalement, les attaques vont continuer", explique-t-il après cette nouvelle attaque.

17h38 : La police nationale publie deux photos du couple de policiers tués par Larossi Abballa à leur domicile, et donnent les noms de deux victimes, en accord avec leurs familles.

17h01 : Le maire de Magnanville annonce sur i-Télé qu'un rassemblement sera organisé, demain midi, dans sa ville en hommage au couple de policiers tués par un homme se revendiquant du groupe Etat islamique.

16h27 : C'est l'une des images de cet après-midi : l'Assemblée nationale a rendu hommage aux victimes des actes terroristes, assassinées "sauvagement" à Orlando et "lâchement" à Magnanville.



(Thomas SAMSON / AFP)

16h23 : @Anonyme : Non, Larossi Abballa n'a pas filmé en direct son attaque contre un couple de policiers. Mais il a enregistré en direct sur Facebook une vidéo de revendication de 12 minutes où il appelle aussi à commettre d'autres attentats. En revanche, il a publié des photos macabres de ses victimes.

16h12 : Est-il vrai que le terroriste a diffusé en direct son attaque sur Facebook ?

16h22 : Les drapeaux ont été mis en berne depuis ce midi et pour trois jours au ministère de l'Intérieur, dans les préfectures et les édifices en dépendant, en hommage au couple de fonctionnaires de police tués par un jeune homme se revendiquant du groupe Etat islamique.

15h41 : Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, lance un appel à l'Assemblée, salué par des applaudissements des députés. Il demande que cessent les violences contre la police.

15h16 : La séance de questions d'actualité au gouvernement se poursuit à l'Assemblée avec une déclaration du Premier ministre, Manuel Valls.

15h08 : Toutes mes pensées aux familles des deux policiers honteusement tués cette nuit. Et bien sûr à ce petit bonhomme de trois ans à qui on a ôté ses parents. Quelle honte. Quelle haine. Qu'il soit bien entouré. Pauvre chou ... 😢

15h08 : Aujourd'hui, c'est mon anniversaire. Et pour mes 30 ans, je souhaite de tout mon coeur que le monde se remette à tourner rond... J'ai un enfant de 3 ans, le même âge que le jeune garçon dont les parents ont été sauvagement assassinés par un fou... Et j'espère, je souhaite pour mon fils, et pour tous les enfants de grandir dans un monde qui aura retrouvé son équilibre...

15h08 : Condoléances et sentiment de solidarité pour les proches des victimes très bouleversé pour le petit garçon

15h08 : La séance de questions d'actualité au gouvernement à l'Assemblée nationale débute par un hommage aux victimes de la tuerie d'Orlando et aux deux policiers tués à Magnanville. Une minute de silence a été respectée.

15h03 : Si vous avez raté la conférence de presse du procureur de Paris, François Molins, il y a quelques minutes, la voici en intégralité.


14h43 : Etre flic, c'est désormais être une cible. Il va falloir vivre avec. Chris, officier de police judiciaire, réagit sur son blog au meurtre d'un couple de policiers à Magnanville (Yvelines) par un jeune homme se revendiquant du groupe Etat islamique.

14h39 : La conférence de presse du procureur de Paris François Molins vient de s'achever.

14h39 : François Molins confirme également que Larossi Abballa avait été placé sur écoute par la justice. Mais il précise que ces écoutes n'avaient pas permis de déceler une volonté de passage à l'acte.

14h33 : François Molins confirme que trois gardes à vue sont en cours. Il s'agit de trois hommes proches de Larossi Abballa.

14h32 : Larossi Abballa "connaissait la qualité de policier de la victime", précise le procureur.