Cet article date de plus de cinq ans.

Magnanville : il n'y a pas eu de surveillance défaillante, selon Bernard Cazeneuve

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 6 min.
Magnanville : il n'y a pas eu de surveillance défaillante, selon Bernard Cazeneuve
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Sur le plateau de France 2, le ministre de l'Intérieur est revenu sur le travail mis en place par les autorités dans la surveillance du profil de Larossi Abballa, le meurtrier du couple de policiers de Magnanville.

Selon Bernard Cazeneuve, l'heure est à la prudence. Sur le plateau de France 2, le ministre de l'Intérieur a appelé à ne pas laisser la politique, l'émotion et les polémiques prendre le dessus sur l'enquête dans le meurtre du couple de policiers de Magnanville (Yvelines). Et a tenu à rappeler que pour l'instant "l'hypothèse la plus probable, c'est que [Larossi Abballa] a agi seul mais il peut y avoir à travers l'enquête des révélations."

La surveillance du terroriste a été assurée

Et à la question, Larossi Abballa aurait-il pu être arrêté avant de commettre ces meurtres, le ministre a répondu : "Après sa sortie de prison, nous l'avons mis sous écoutes administratives, qui n'ont rien révélé. La police judiciaire a poursuivi ces investigations. Une commission judiciaire a conduit à ce que des écoutes judiciaires soient mises en place sur cet individu. Ces écoutes n'ont rien révélé (...) On ne peut pas procéder sans preuve à l'incarcération d'un individu qui n'a commis aucun acte criminel".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Policiers tués à Magnanville

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.